À la veille du premier voyage du chancelier Olaf Scholz à Pékin, les inquiétudes grandissent quant au fait que la dépendance économique vis-à-vis de la Chine rend son pays vulnérable – encore une fois.