Actualité santé | News 24

L’alcoolisme est associé à un vieillissement biologique accéléré

Une étude récente menée par des chercheurs de la faculté de médecine de l’université de Kobe et publiée dans le Journal de recherche psychiatrique, révèle des preuves irréfutables selon lesquelles la dépendance à l’alcool accélère le vieillissement biologique. En examinant divers marqueurs épigénétiques, les chercheurs ont découvert que les personnes dépendantes à l’alcool présentaient des processus de vieillissement accélérés, qui décéléraient après un programme de traitement de trois semaines.

La dépendance à l’alcool est une maladie chronique caractérisée par une incapacité à contrôler sa consommation d’alcool malgré son impact négatif sur la santé et la vie quotidienne. Cette condition non seulement exacerbe les maladies chroniques existantes, mais entraîne également des décès prématurés dans le monde entier. Selon les estimations, environ 2,5 millions de personnes meurent chaque année de causes liées à l’alcool, ce qui souligne la nécessité cruciale d’interventions efficaces et d’une meilleure compréhension de ses conséquences.

On sait que la dépendance à l’alcool augmente le risque de plusieurs problèmes de santé graves, notamment des maladies du foie, des troubles cardiovasculaires et des troubles cognitifs. Une consommation excessive d’alcool persistante entraîne des dommages généralisés dans tout le corps, se manifestant de nombreuses manières, notamment par une atrophie cérébrale de la matière grise, qui affecte le fonctionnement cérébral et accélère le déclin cognitif.

Malgré ces connaissances, de nombreuses questions subsistent quant aux mécanismes biologiques spécifiques par lesquels la dépendance à l’alcool nuit à la santé. Ce manque de connaissances a fortement incité les chercheurs à explorer les liens potentiels à l’aide d’outils scientifiques avancés.

L’un des principaux domaines d’intérêt de ces dernières années a été l’étude du vieillissement biologique à travers le prisme de l’épigénétique, en particulier les modèles de méthylation de l’ADN. Les changements épigénétiques peuvent fournir des informations sur la manière dont les facteurs liés au mode de vie, tels que la consommation d’alcool, influencent le processus de vieillissement au niveau moléculaire.

Les horloges épigénétiques, qui permettent de prédire l’âge biologique en fonction des schémas de méthylation de l’ADN à l’échelle du génome, sont devenues des outils puissants dans la recherche sur le vieillissement. Ces horloges peuvent indiquer le rythme du vieillissement biologique et sont associées à divers problèmes de santé, notamment la mortalité toutes causes confondues et le développement de maladies liées à l’âge.

Pour leur étude, les chercheurs ont utilisé un ensemble de données de méthylation de l’ADN accessible au public (GSE98876) de la base de données Gene Expression Omnibus. Cet ensemble de données comprenait des échantillons de 24 patients souffrant de dépendance à l’alcool et de 23 témoins sains. Tous les participants étaient des hommes, principalement allemands, avec un participant polonais dans le groupe de patients. Les données des patients ont été collectées avant et après un programme de traitement de l’alcoolisme de trois semaines à la clinique de psychiatrie et de psychothérapie de Tuebingen, en Allemagne.

Les profils de méthylation de l’ADN ont été obtenus à partir d’échantillons de sang, en se concentrant spécifiquement sur les lymphocytes T CD3+, qui sont un type de cellule immunitaire. À l’aide de ces données, les chercheurs ont évalué six horloges épigénétiques différentes : HorvathAge, HannumAge, SkinBloodAge, PhenoAge, GrimAge et GrimAge2. Ils ont également examiné la longueur des télomères basée sur la méthylation de l’ADN (DNAmTL) et la mesure DunedinPACE, qui quantifie le rythme du vieillissement biologique.

Les chercheurs ont découvert que les personnes dépendantes à l’alcool présentaient des processus de vieillissement accélérés par rapport aux témoins sains. Ces résultats étaient cohérents sur plusieurs horloges épigénétiques.

La découverte la plus significative a été liée à l’horloge DunedinPACE, qui a indiqué que les patients souffrant d’une dépendance à l’alcool connaissaient un rythme de vieillissement biologique plus rapide. Cette horloge mesure le rythme du vieillissement en se basant sur un ensemble complet de biomarqueurs liés à diverses fonctions corporelles, notamment les systèmes cardiovasculaire, métabolique, rénal, hépatique, pulmonaire et immunitaire. Le vieillissement accéléré observé chez ces patients correspond aux risques connus pour la santé associés à la consommation chronique d’alcool, tels que les maladies du foie, les dysfonctionnements rénaux et les problèmes cardiovasculaires.

Les résultats ont également montré qu’un programme de traitement avait un effet bénéfique sur le ralentissement du processus de vieillissement biologique. Après avoir suivi un programme de traitement de trois semaines contre l’alcool, les patients ont montré un ralentissement significatif du vieillissement biologique tel que mesuré par les horloges GrimAge et GrimAge2.

Ces horloges intègrent des biomarqueurs spécifiques qui prédisent la mortalité et le risque de maladie, et leurs résultats suggèrent que le traitement peut atténuer certains des effets du vieillissement associés à la dépendance à l’alcool. L’étude a également révélé que la longueur des télomères, un marqueur du vieillissement cellulaire, augmentait chez les patients après le programme de traitement, indiquant ainsi une inversion de certains changements liés au vieillissement.

L’étude a également mis en évidence des changements dans des biomarqueurs spécifiques associés au vieillissement et aux problèmes de santé. Les niveaux de bêta-2-microglobuline (B2M) et de cystatine C, liés à la fonction rénale et au déclin cognitif, ont diminué de manière significative après le programme de traitement. Cette diminution correspond aux améliorations de la fonction rénale et de la santé cognitive observées chez les patients s’abstenant de consommer de l’alcool.

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude fournissent des preuves solides que la dépendance à l’alcool accélère le vieillissement biologique, mais soulignent également le potentiel des programmes de traitement pour atténuer certains de ces effets.

L’étude, « Vieillissement épigénétique accéléré dans la dépendance à l’alcool”, a été écrit par Toshiyuki Shirai, Satoshi Okazaki, Ikuo Otsuka, Masao Miyachi, Takaki Tanifuji, Ryota Shindo, Shohei Okada, Haruka Minami, Tadasu Horai, Kentaro Mouri et Akitoyo Hishimoto.


Source link