L’actrice italienne de 95 ans annonce sa candidature au Sénat — RT Games & Culture

La légende du cinéma italien Gina Lollobrigida a annoncé samedi qu’elle se présenterait aux élections législatives de septembre en tant que candidate indépendante sous la bannière de la nouvelle alliance eurosceptique ISP (Italie souveraine et populaire). Elle représentera le quartier de Latina, situé au sud de Rome.

FAI, qui se définit comme «la seule alternative au bellicisme libéral et au totalitarisme sanitaire», est soutenu par le Parti communiste, Patrie socialiste, Action civile, Ancora Italia et Riconquistare Italie. Le groupe doit obtenir 3% des voix pour entrer au parlement. Sa plate-forme s’oppose à l’augmentation des dépenses militaires, à la mondialisation économique, à la privatisation rampante et «dictature de la santé», et appelle à une restauration de la souveraineté monétaire, dénonçant l’UE comme «rien de plus qu’une succursale à Wall Street.

Alors que Lollobrigida était liée au parti politique nouvellement formé par l’intermédiaire de son avocat Antonio Ingroia, un ancien magistrat, ce n’est pas la première tentative de la star de 95 ans d’entrer en politique. Elle s’est présentée au Parlement européen en 1999 sur le ticket Democratici, remportant 10 000 voix mais ne réussissant pas à remporter une victoire.





Lollobrigida a joué dans des dizaines de films, dont “Beat the Devil” ; ‘La plus belle femme du monde’; ‘Venez septembre’; ‘Pain, Amour et Rêves’; et ‘Buona Sera, Mme Campbell’. Elle a également travaillé comme photojournaliste dans les années 1970, marquant une interview convoitée avec le leader cubain Fidel Castro, et est devenue une sculptrice accomplie.

L’Italie a convoqué des élections anticipées pour septembre après que le Premier ministre Mario Draghi a annoncé sa démission le mois dernier et que le président Sergio Mattarella a dissous le parlement après avoir initialement refusé la démission de Draghi. Les anciens partenaires de la coalition de l’ancien Premier ministre au gouvernement avaient retiré leur soutien, rechignant à la hausse du coût de la vie au milieu de la dépression économique déclenchée par les politiques de confinement de Covid-19 et son soutien à l’armement de l’Ukraine, qui est profondément impopulaire parmi les Italiens.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :