Actualité culturelle | News 24

La violation de données du système de réservation de vaccins de l’Ontario touche des centaines de milliers de personnes, selon la province

Des centaines de milliers d’informations sur les Ontariens ont peut-être été compromises lors d’une violation de données du système de gestion des vaccins de la province l’année dernière.

À partir de vendredi, quelque 360 ​​000 personnes recevront des avis indiquant que leurs informations personnelles faisaient partie de la violation de données de novembre 2021 du système COVAXX, a déclaré vendredi le ministère de la Prestation des services publics et commerciaux dans un communiqué.

Le ministère a déclaré qu’il avait travaillé avec le ministère de la Santé, la police et le commissaire à la protection de la vie privée de l’Ontario pour déterminer l’ampleur et l’impact de la violation. La déclaration du ministère ne dit pas comment cela s’est produit.

Deux personnes ont été inculpées en lien avec l’infraction de l’année dernière.

L’un des accusés, un homme de 21 ans qui vit dans la région de Gloucester à Ottawa, était un employé du centre de contact sur les vaccins, qui fait partie du ministère des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs de l’Ontario, a déclaré la Police provinciale de l’Ontario dans un communiqué de presse l’année dernière.

L’autre était un homme de 22 ans de Vaudreuil-Dorion, au Québec. Tous deux ont été accusés d’utilisation non autorisée d’un ordinateur.

La police a déclaré à l’époque que le gouvernement provincial avait reçu des rapports de messages texte indésirables de la part de plusieurs personnes qui avaient programmé leurs rendez-vous de vaccination ou accédé à leurs certificats de vaccination via le système de réservation provincial.

Ces messages de « pourriels frauduleux » demandaient aux gens leurs renseignements personnels, a déclaré le porte-parole de la Police provinciale de l’Ontario, Bill Dickson.

Dans sa déclaration de vendredi, le ministère a déclaré que dans plus de 95% des cas, “seuls les noms et/ou les numéros de téléphone étaient concernés”.

Le communiqué indique que le système de réservation de vaccins est « régulièrement surveillé et testé » par le biais des protocoles de cybersécurité du ministère de la Santé, et que la province est « convaincue » que le système reste un outil sécurisé.

Articles similaires