La variante du coronavirus A.30 « ​​échappe efficacement » aux anticorps induits par les vaccins Pfizer et AstraZeneca – étude en laboratoire

Une équipe allemande a examiné la variante rare A.30 qui a été enregistrée pour la première fois en Tanzanie et plus tard détectée chez plusieurs patients en Angola et en Suède ce printemps. Ils ont comparé la mutation aux variantes Beta et Eta. Beta a été choisi parce qu’il a « le plus haut niveau » de résistance aux anticorps, ont déclaré les chercheurs.

Selon l’étude publiée dans la revue à comité de lecture Cellular & Molecular Immunology cette semaine, la variante A.30 a montré une capacité améliorée à pénétrer dans la plupart des cellules hôtes, y compris les cellules rénales, hépatiques et pulmonaires.

La mutation « entre dans certaines lignées cellulaires avec une efficacité accrue et échappe à la neutralisation médiée par les anticorps », l’étude a trouvé.

« En résumé, A.30 présente une préférence de lignée cellulaire non observée pour d’autres variantes virales et échappe efficacement à la neutralisation par les anticorps provoqués par ChAdOx1 nCoV-19 [AstraZeneca] ou BNT162b2 [Pfizer] vaccination. »

La variante s’est également avérée résistante au médicament monoclonal Bamlanivimab, qui est utilisé pour le traitement Covid-19, mais était vulnérable à un cocktail de Bamlanivimab et d’Etesevimab.

A.30 n’a jusqu’à présent pas été répertorié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme variante d’intérêt ou de préoccupation, en raison de sa faible prévalence.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *