Skip to content

WASHINGTON (Reuters) – La Chambre des représentants américaine a approuvé vendredi une loi visant à indemniser en permanence les premiers intervenants lors des attaques du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center, atteints de cancers et d'autres maladies en raison de leur travail sur le site contaminé. .

FILE PHOTO: Les premiers intervenants du 11 septembre, John Feal, Kenny Specht, Matthew McCauley, Rich Palmer et Michael O'Connell, s'entretenant avec des journalistes après s'être entretenus avec le chef de la majorité du Sénat, Mitch McConnell, à propos de la réautorisation de la Onzième Fonds d'indemnisation des victimes, au Capitole des États-Unis, à Washington (États-Unis), le 25 juin 2019. REUTERS / Leah Millis

La Chambre a voté 402-12 pour adopter la loi «Never Forget the Heroes Act», défendue par Jon Stewart, l'ancien animateur populaire de l'émission de comédie nocturne The Daily Show, et soulignée par le récent témoignage émouvant d'un défunt 9 / 11 détective de la police de New York.

«Le 11 septembre et ses conséquences, nos courageux premiers intervenants étaient là pour nous. Nous devons toujours être là pour eux », a déclaré la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, juste avant le vote sur le projet de loi.

Le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré que le projet de loi serait bientôt soumis à un vote à la Chambre.

Sans une intervention rapide du Congrès, les victimes de l'attaque verraient leurs avantages fortement réduits en raison d'un manque de financement.

L’ex-détective de New York, Luis Alvarez, est décédé le mois dernier, peu après son témoignage devant le Comité judiciaire de la Maison des États-Unis, dans lequel il demandait une reconstitution du fonds.

Lors de cette même audience, Stewart a livré un témoignage passionné dans lequel il a reproché à certains législateurs de ne pas avoir agi assez rapidement pour continuer à aider la police, les pompiers et d'autres travailleurs immédiatement après l'attaque du 11 septembre.

Adopté par le Sénat et signé par le président Donald Trump, le fonds des victimes serait autorisé jusqu’en 2092 et les demandes pourraient être déposées jusqu’en octobre 2089.

Cela mettrait un terme à la série de mesures temporaires qui ont nécessité un lobbying constant de la part des groupes qui tentent d'éviter les interruptions des prestations afin d'aider les personnes atteintes de nausées provoquées par des substances toxiques libérées dans l'atmosphère et le sol à la suite de l'impact des avions de ligne commerciaux détournés et envoyés directement dans l'avion. tours.

Les représentants du gouvernement ont déclaré aux intervenants à l'époque qu'il était sûr de travailler sur le site, malgré les questions de nombreux experts.

Reportage de Richard Cowan; Reportage supplémentaire par Susan Heavey; Édité par Richard Chang

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *