La Turquie accuse la Grèce de «  harceler  » un navire en mer Égée

La Turquie a accusé l’armée grecque de «harceler» un navire de recherche turc en mer Égée.

Le ministère turc de la Défense a déclaré que quatre chasseurs F-16 grecs avaient volé à proximité du navire TCG Cesme, qui effectuait des « recherches techniques et scientifiques » dans les eaux internationales.

L’un des avions de combat aurait volé « à une altitude de 1 000 mètres » et largué une fusée éclairante « à deux milles marins » du navire turc.

L’incident s’est produit près de l’île grecque de Lemnos, a déclaré le ministère dans un déclaration.

« C’est malheureusement l’un des actes de harcèlement fréquents de nos voisins grecs », a déclaré à la presse le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar.

Sans donner plus de détails, Akar a déclaré que la Turquie avait fait une « réponse adéquate » à l’action.

« Nous pensons tous qu’un tel harcèlement n’est pas approprié et ne convient pas aux relations de bon voisinage », a-t-il ajouté.

Le ministère grec de la Défense a nié qu’un tel « harcèlement » ait eu lieu, déclarant qu’aucun avion de chasse grec ne s’est approché du navire Cesme.

L’armée de l’air grecque effectuait mardi un exercice en mer Égée, mais le ministère a déclaré qu’elle s’était éloignée « de la zone dans laquelle le navire turc opérait.

La Turquie et la Grèce avaient repris les négociations sur les droits énergétiques en Méditerranée orientale le mois dernier, dans le but de résoudre les différends de longue date entre les deux pays membres de l’OTAN.

Malgré les avertissements de l’Union européenne, Ankara avait organisé plusieurs missions d’exploration gazière dans les eaux grecques, déclenchant une crise diplomatique.

La Turquie a récemment dépêché le TCG Cesme en mer Égée jusqu’au 2 mars pour une étude hydrographique des tremblements de terre, mais la Grèce a décrit la mission comme un acte de provocation.