Actualité santé | News 24

La thérapie génique stoppe la progression d’une maladie génétique rare chez un jeune garçon

La thérapie génique stoppe la progression d'une maladie génétique rare chez un jeune garçon

Michael est examiné par une infirmière de l’hôpital SickKids avant de recevoir une thérapie génique dans le cadre d’un essai clinique sur un seul patient pour la paraplégie spastique de type 50 (SPG50). Crédit : The Hospital for Sick Children

Lorsque Michael Pirovolakis a reçu une thérapie génique individualisée dans le cadre d’un essai clinique sur un seul patient à l’Hospital for Sick Children (SickKids) en mars 2022, l’évolution de son état a été radicalement modifiée.

Michael est atteint de paraplégie spastique de type 50 (SPG50), une maladie neurodégénérative progressive « ultra-rare » qui provoque des retards de développement, des troubles de la parole, des crises d’épilepsie, une paralysie progressive des quatre membres et qui est généralement mortelle à l’âge adulte. Environ 80 enfants dans le monde sont touchés par cette maladie génétique.

Afin de ralentir la progression de la maladie, une équipe de recherche clinique de SickKids a administré une première thérapie génique à un seul patient à Michael moins de trois ans après son diagnostic initial.

Aujourd’hui, l’essai clinique révolutionnaire publié dans Médecine naturelle documente le parcours de Michael au cours des 12 mois qui ont suivi l’intervention, ainsi que l’impact inédit que cet essai a sur l’avenir de la médecine génétique au Canada.

Qu’est-ce que la thérapie génique ?

La thérapie génique consiste à introduire une copie saine d’un gène dans les cellules d’une personne porteuse d’un ou plusieurs gènes défectueux. Dans le cas de Michael, le SPG50 est causé par deux variantes pathogènes d’un gène appelé AP4M1.

Dirigée par le Dr Jim Dowling, médecin au sein de la division de neurologie et scientifique principal au sein du programme de génétique et de biologie du génome de SickKids, l’équipe de recherche clinique a introduit le gène AP4M1 sain dans le liquide céphalo-rachidien de Michael, qui a transporté le gène directement vers les cellules nerveuses.

« Bien que ces maladies ultra-rares soient uniques, notre flux de travail fournit une feuille de route pour les thérapies géniques qui pourraient aider bon nombre des milliers d’enfants au Canada atteints de maladies génétiques rares », explique Dowling.

Grâce à une collaboration multicentrique avec des médecins et des entreprises aux États-Unis et au Canada pour coordonner la recherche, le développement et la fabrication d’une thérapie de remplacement génique, l’équipe a été, de manière remarquable, en mesure d’administrer le traitement de thérapie génique à Michael dans les trois ans suivant le diagnostic.

Le voyage de Michel

Au cours des 12 mois qui ont suivi le traitement, Michael n’a ressenti aucun effet secondaire grave et, contrairement aux maladies neurodégénératives comme le SPG50, son état ne semble pas progresser davantage.

Il a également commencé à montrer des signes d’amélioration. Pour la première fois, Michael était capable de se tenir debout avec ses talons au sol. Il a également constaté des améliorations dans certains aspects de son développement neurologique.

« Lorsque nous avons appris que Michael était atteint de cette terrible maladie, notre monde s’est effondré. Nous étions perdus et brisés en tant que famille », racontent les parents de Michael, Terry et Georgia. « Heureusement, nous avions une équipe formidable à SickKids et une communauté solidaire qui nous a soutenus et nous a donné la confiance nécessaire pour collecter des millions de dollars et créer un traitement, non seulement pour Michael, mais aussi pour d’autres enfants touchés par cette maladie pour les générations à venir. »

L’avenir de la thérapie génique au Canada

L’équipe de recherche clinique continue de suivre les progrès de Michael, mais l’essai fournit des premières preuves importantes de l’innocuité et de l’efficacité de la thérapie génique pour réduire ou arrêter la progression du SPG50.

Les résultats montrent également que la thérapie génique peut être développée rapidement et personnalisée pour chaque patient atteint de maladies génétiques rares. Ils espèrent que cette approche pourra être utilisée pour d’autres maladies à l’avenir afin de contribuer à la mise en œuvre de la Precision Child Health, un mouvement de l’hôpital SickKids visant à fournir des soins individualisés à chaque patient.

« Il existe plus de 10 000 maladies rares et la plupart ne sont pas traitées », explique Dowling. « Nous proposons un projet qui, avec un financement et un soutien adéquats, a le potentiel de changer la vie des patients atteints de maladies rares et de créer un avenir où chaque enfant pourra bénéficier d’une médecine de précision. »

Plus d’information:
Thérapie génique AAV pour la paraplégie spastique héréditaire de type 50 : essai de phase 1 chez un seul patient, Médecine naturelle (2024). DOI : 10.1038/s41591-024-03078-4

Fourni par l’hôpital pour enfants malades


Citation: La thérapie génique arrête la progression d’une maladie génétique rare chez un jeune garçon (28 juin 2024) récupéré le 28 juin 2024 sur https://medicalxpress.com/news/2024-06-gene-therapy-halts-rare-genetic.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.




Source link