Skip to content

Les gens passent par la gare d'Asok à Bangkok, en Thaïlande, le vendredi 3 avril 2020.

Andre Malerba | Bloomberg via Getty Images

Malgré la coopération du peuple thaïlandais, davantage de travail est nécessaire pour freiner la pandémie de coronavirus, a déclaré mercredi le vice-Premier ministre thaïlandais Anutin Charnvirakul à "Street Signs Asia" de CNBC.

Charnvirakul, qui est également ministre thaïlandais de la Santé publique, a fait allusion à une étude cela suggère un besoin pour au moins 80% des Thaïlandais de pratiquer la distanciation sociale afin de ralentir la propagation de COVID-19.

"… Jusqu'à présent, les Thaïlandais ont coopéré pleinement, mais nous en avons besoin de plus, car une étude a montré que nous devons avoir au moins 80% de distanciation sociale par rapport à notre peuple afin de tirer la courbe vers le bas", a déclaré Charnvirakul.

Selon Charnvirakul, il y a eu quelques améliorations en termes de contrôle depuis que des mesures "intensives" ont été imposées à partir du mois dernier.

En dehors de cela, le pays a également envoyé des messages à l'échelle nationale sur l'importance de la distanciation sociale et de la restriction de l'entrée des étrangers non résidents en Thaïlande.

Ces efforts ont permis aux autorités thaïlandaises de "contrôler la situation au niveau (qu'ils) souhaitent voir".

Cependant, à l'heure actuelle, seulement 70% des Thaïlandais comprennent et s'engagent dans la distanciation sociale, selon un rapport du Bangkok Post, laissant la Thaïlande encore en deçà du seuil de 80%.

Le ministère de la Santé publique estime que si au moins 80% des Thaïlandais respectent les mesures de distanciation sociale, le nombre de patients infectés atteindra 7 745 d'ici le 15 avril contre 17 635 cas si la conformité n'atteint que 50%.

Selon l'heure locale de jeudi matin, la Thaïlande avait enregistré 2 369 cas confirmés de maladie à coronavirus et 30 décès, selon les données de l'Université Johns Hopkins.

À la suite d'un état d'urgence d'un mois déclaré le 26 mars par le Premier ministre Prayuth Chan-ocha, qui a donné au gouvernement thaïlandais le pouvoir d'imposer des restrictions plus strictes qui ne sont pas normalement autorisées par les lois en vigueur, un couvre-feu nocturne indéfini à l'échelle nationale a été appliqué le 3 avril.

Bien qu'une date pour lever le couvre-feu n'ait pas encore été fixée, Charnvirakul a déclaré que les autorités surveilleront de près la situation et prendront rapidement une décision une fois que l'on pense que le pays est sûr et que les gens seront protégés contre la maladie.

Lundi, la nation d'Asie du Sud-Est a également prolongé son interdiction de tous les vols de passagers entrants – à l'origine jusqu'au 6 avril – jusqu'à la fin du 18 avril, selon Reuters.