La star algérienne du judo olympique suspendue pendant DIX ANS pour avoir refusé de rivaliser avec son adversaire israélien

Nourine a été jumelé au Soudanais Mohamed Abdalrasool dans le tournoi olympique des 73 kg dans un concours qui aurait vu le vainqueur affronter l’Israélien Tohar Butbul au tour suivant.

Cependant, Nourine a rapidement annoncé que son soutien à la Palestine excluait la possibilité qu’il envisage de rivaliser avec un adversaire israélien, ce qui a incité le Comité olympique algérien (AOC) à retirer l’accréditation olympique à Nourine et à son entraîneur, Amar Benikhlef.

Les deux ont été renvoyés des Jeux par l’AOC – mais les punitions infligées aux deux hommes ne s’arrêtent pas là après qu’il a été révélé que la Fédération internationale de judo (IJF) a également sévèrement critiqué le couple pour ce qu’elle voit. comme une fusion inutile du sport et de la politique.

Voir ce post sur Instagram

Un post partagé par Nourine Fethi (@fethinourine)

Dans leur détermination, l’IJF a vivement reproché à Nourine et à Benikhlef d’avoir utilisé leur participation aux Jeux olympiques « comme plate-forme de protestation et de promotion de la propagande politique et religieuse » ce qui, selon eux, est en violation du code d’éthique au cœur de la charte olympique.

En tant que telle, la FIJ a déclaré qu’elle suspendait les deux compétitions jusqu’au 23 juillet 2031 – une décision qui mettrait effectivement fin à la carrière de judo de Nourine, mais cela fera probablement l’objet d’un appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Les loyautés politiques de Nourine l’ont amené à tester la patience de la FIJ dans le passé. En 2019, il s’est retiré des Championnats du monde 2019, qui se déroulaient également à Tokyo, après qu’il semblait à nouveau probable qu’il devrait affronter un concurrent israélien.

En fait, le judo semble être devenu un champ de bataille improbable lorsqu’il s’agit d’Israël et des affaires palestiniennes.

Aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, l’Egyptien Islam El Shehaby a annoncé qu’il quittait le sport quelques heures seulement après avoir refusé de serrer la main de l’Israélien Or Sasson.

En avril de cette année, l’équipe iranienne de judo s’est vu imposer une suspension de quatre ans par la FIJ pour « manquements répétés et très graves » de leur code d’éthique après qu’ils se soient avérés avoir fait pression sur leurs judokas pour qu’ils refusent de rivaliser avec un adversaire israélien.

Certains sur les réseaux sociaux ont soutenu la détermination de l’IJF à infliger une sanction sévère à Nourine, pour ce que beaucoup considèrent comme un acte qui va à l’encontre de l’esprit inclusif du sport.

« Jugement juste. Vous n’apportez pas de politique au sport« , a écrit l’un sur Twitter, tandis qu’un autre a critiqué ce qu’ils prétendent être le « bigoterie« .

« Ce comportement n’a pas sa place aux Jeux olympiques, a ajouté un troisième.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments