Skip to content

OSLO (Reuters) – Les actions de la société norvégienne Pexip Holding ont grimpé de 54% en début de séance jeudi alors que la société de vidéoconférence a fait ses débuts en bourse après une introduction en bourse (IPO) qui a été plus de 12 fois sursouscrite.

Les actions ont atteint 97 couronnes norvégiennes à 7 h 10 GMT, contre 63 couronnes lors d'une vente d'actions nouvelles et existantes conclue mardi, évaluant désormais la société à environ 9,6 milliards de couronnes norvégiennes (942 millions de dollars).

Pexip, qui rivalise avec Zoom et BlueJeans et dit qu'il est utilisé par l'armée américaine et le gouvernement allemand, a enregistré une augmentation de la demande pour ses services depuis le début de la nouvelle crise des coronavirus.

Son offre de 38 millions d'actions nouvelles et existantes s'élevait à 2,39 milliards de couronnes, mais l'intérêt des investisseurs pour le titre avait dépassé 30 milliards de couronnes, a déclaré Pexip.

Profitant de sa propre technologie, Pexip a organisé un roadshow entièrement virtuel en cherchant à devenir la première entreprise européenne à réaliser une introduction en bourse à distance.

Alors que les entreprises se précipitaient vers la vidéoconférence pendant l'épidémie de COVID-19, la sécurité de ces services est de plus en plus surveillée. Pexip, cependant, se présente comme étant plus sécurisé que ses concurrents en permettant aux utilisateurs de stocker des données sur une base «auto-hébergée» sur un cloud privé ou des centres de données.

Une soi-disant option de surallocation pourrait permettre à Pexip d'émettre jusqu'à quatre millions d'actions supplémentaires via les conseillers ABG Sundal Collier, Carnegie et Pareto Securities en plus de ses 99 millions d'actions actuelles, augmentant ainsi la valeur globale de l'entreprise.

Rapport de Terje Solsvik; Montage par Victoria Klesty et David Goodman

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.