Skip to content

La seule médaillée olympique iranienne a fait défaut, affirmant qu'elle était opprimée

jeLa seule médaillée olympique de ran a déclaré sur les réseaux sociaux qu'elle avait quitté son pays d'origine parce qu'elle en avait assez d'être utilisée par les autorités comme outil de propagande.

La championne de taekwondo Kimia Alizadeh, qui a remporté une médaille de bronze aux Jeux olympiques de Rio 2016, a laissé entendre dans un post Instagram qu'elle avait déménagé en Europe.

Elle a écrit le message sur sa page Instagram, mais il n'a pas été immédiatement possible de vérifier sa position.

"Personne ne m'a invité en Europe et je n'ai reçu aucune offre tentante. Mais j'accepte la douleur et les difficultés du mal du pays parce que je ne voulais pas faire partie de l'hypocrisie, du mensonge, de l'injustice et de la flatterie", a-t-elle déclaré.

Mahin Farhadizadeh, vice-ministre iranienne des Sports, a déclaré: "Je n'ai pas lu le billet de Kimia, mais pour autant que je sache, elle a toujours voulu poursuivre ses études en physiothérapie", a rapporté l'agence de presse semi-officielle ISNA.

Alizadeh a déclaré que les autorités de la République islamique avaient attribué son succès à leur gestion et au fait qu'elle portait le voile islamique, ce qui est obligatoire en Iran.

"Je suis l'une des millions de femmes opprimées en Iran à qui elles jouent depuis des années … J'ai porté tout ce qu'elles m'ont dit et répété ce qu'elles ont ordonné. Chaque phrase qu'elles ont ordonné j'ai répétée", écrit-elle.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *