Skip to content

ABU DHABI – Le nouveau ministre saoudien de l’énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a souligné l’importance de la réglementation pour Saudi Aramco, la plus grande société pétrolière du monde, alors qu’elle se prépare pour un appel public à l’épargne longtemps attendu.

"Je n'ai aucun doute sur le fait qu'insister sur la séparation entre Aramco, l'entreprise et le ministère en tant qu'organisme de réglementation est une nécessité", a déclaré Helima Croft, contributeur à CNBC, lors d'une conférence de presse au 24e Congrès mondial de l'énergie à Abou Dhabi, lundi.

"Le régulateur ne peut pas être une personne, le régulateur doit être une institution. Ce rôle de régulateur doit être défini, et les contours du rôle de régulateur doivent être compris", a-t-il ajouté.

Le géant pétrolier a reporté son introduction en bourse, initialement prévue pour 2018, apparemment en raison des préoccupations de l'Arabie Saoudite quant à l'examen minutieux de ses finances par le public et à la complexité de sa structure d'entreprise.

Aramco prévoit désormais d’inscrire les actions dans les deux prochaines années. L’introduction en bourse a pour objectif de lever des fonds pour un gouvernement cherchant à réduire considérablement son déficit budgétaire et à diversifier son économie au-delà du pétrole, dans le cadre de la Vision 2030 du prince héritier Mohammed bin Salman.

Un logo de Saudi Aramco est exposé lors de la conférence et exposition internationale sur le pétrole à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 13 novembre 2018.

Christopher Pike | Bloomberg | Getty Images

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *