Dernières Nouvelles | News 24

La Russie riposte à la dernière interdiction des médias par l’UE — RT World News

L’accès à plus de 80 médias sera restreint dans le pays, a déclaré le ministère des Affaires étrangères

La Russie restreint l’accès à plus de 80 médias européens sur son territoire qui ont été impliqués dans la diffusion de désinformations sur le conflit ukrainien, a annoncé mardi le ministère russe des Affaires étrangères.

Selon un déclaration publiée sur le site Internet du ministère, cette décision intervient en réponse à la dernière répression de l’UE contre les médias russes.

En mai, le Conseil européen a interdit à quatre médias d’informer le public de l’UE, notamment la principale agence de presse russe RIA Novosti, ainsi que les journaux Izvestia et Rossiyskaya Gazeta. L’interdiction s’applique également au portail relativement petit basé en République tchèque, Voice of Europe, que l’UE a décrit comme un « Réseau de propagande lié au Kremlin. » Les restrictions imposées aux médias sont entrées en vigueur le 25 juin.

« La partie russe a averti à plusieurs reprises et à différents niveaux que le harcèlement politique de ses journalistes et l’interdiction injustifiée des médias russes dans l’UE ne passeraient pas inaperçus. » a déclaré le ministère, soulignant que Bruxelles et d’autres capitales de l’UE avaient choisi d’emprunter la voie de l’escalade avec leur dernière interdiction illégale malgré les avertissements, obligeant Moscou à prendre des contre-mesures miroir.

« La responsabilité d’une telle évolution des événements incombe uniquement aux dirigeants de l’Union européenne et aux pays du bloc qui ont soutenu une telle décision », selon le ministère.





La liste des médias de l’UE qui « diffuser systématiquement de fausses informations » 81 organisations de 25 États membres s’informent sur les progrès de l’opération militaire spéciale de Moscou. Parmi eux figurent les journaux allemand Der Spiegel, El Pais en Espagne, les journaux italiens La Stampa et La Repubblica, l’Agence France-Presse française, Le Monde, Libération, ainsi que les journaux paneuropéens Politico et EUobserver.

Moscou pourrait reconsidérer sa décision concernant les médias si les restrictions sur les médias russes sont levées, selon le communiqué.

Bruxelles avait déjà interdit à plusieurs médias liés à la Russie de s’adresser au public des États membres en raison du conflit ukrainien. Même le contenu des plateformes des organisations ciblées est illégal dans le bloc. Ces sanctions comprenaient RT et Spoutnik, suspendant leurs licences de diffusion télévisée et bloquant les deux sites Web pour les lecteurs de toute l’UE.

Moscou accuse Bruxelles de duplicité et de porter atteinte à la liberté d’expression par ses restrictions. La campagne visant à saper le travail des médias russes est bien antérieure au conflit ukrainien et vise à empêcher les citoyens européens d’entendre des opinions que leurs gouvernements jugent indésirables, ont affirmé des responsables russes.

Lien source