Dernières Nouvelles | News 24

La Russie et la Pologne résolvent le problème du transit du pétrole

L’opérateur polonais du gazoduc Druzhba aurait été confronté à des problèmes de certification de ses équipements en raison des sanctions de l’UE contre Moscou.

Les opérateurs russes et polonais du pipeline Drouzhba (Amitié) ont résolu un problème qui aurait pu empêcher le pétrole kazakh d’atteindre l’Allemagne en juin, a rapporté vendredi Reuters.

L’opérateur public polonais de pipelines PERN aurait rencontré des problèmes de certification de ses équipements, craignant de violer les sanctions que l’Union européenne a imposées à la Russie dans le cadre du conflit ukrainien.

Le tronçon du pipeline qui traverse la Biélorussie et la Pologne achemine depuis décembre dernier du pétrole kazakh vers l’Allemagne. La majeure partie du pétrole de ce pays d’Asie centrale est exportée via la Russie.

Dans son article de vendredi, Reuters, citant des sources anonymes, rapportait que la société publique russe Transneft avait averti le Kazakhstan en avril que le transit de son pétrole pourrait s’arrêter en juin. L’opérateur polonais du gazoduc aurait exprimé sa crainte qu’en entretenant des débitmètres russes, il pourrait se trouver en violation des sanctions de l’UE contre la Russie.
Transneft et la raffinerie allemande PCK Schwedt ont finalement convenu qu’une société slovaque assurerait le service de comptage pour la section polonaise du gazoduc, a rapporté Reuters.





La compagnie pétrolière nationale kazakhe KazMunayGaz a révélé mardi qu’elle avait prolongé le contrat d’approvisionnement de son client allemand jusqu’à la fin de l’année, les exportations devant atteindre 1,2 million de tonnes en 2024.

Construit dans les années 1960, le pipeline comporte deux tronçons, s’étend sur 4 000 kilomètres (2 485 miles) et relie les fournisseurs de pétrole russes et kazakhs aux consommateurs d’Ukraine, de Biélorussie, de Pologne, de Hongrie, de Slovaquie, de République tchèque, d’Autriche et d’Allemagne.
Le pipeline avait autrefois un volume de transit de deux millions de barils par jour, mais ce volume a diminué depuis le déclenchement du conflit ukrainien en février 2022, l’Allemagne ayant arrêté ses importations de pétrole russe en janvier 2023 et Moscou arrêtant ses exportations de son propre carburant vers la Pologne le mois suivant. mois.

En août dernier, le Washington Post, citant des fuites de documents du Pentagone, affirmait que l’Ukrainien Vladimir Zelensky avait envisagé de faire exploser une partie du pipeline plus tôt en 2023.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source