Skip to content

TLa RSPCA est aux prises avec une prétendue "culture de brimades" parmi certains membres de son personnel, alors que des syndicalistes affirment que l'organisation caritative semble avoir abandonné ses efforts pour s'attaquer au problème.

Unite, qui représente 1,4 million de travailleurs et compte des centaines de membres à la RSPCA, affirme qu'un "manque de progrès" a conduit à l'alliance qu'ils ont formée avec l'association "dissoute".

Mais la RSPCA insiste sur le fait que ce n'est pas le cas et affirme que le groupe est en train d'élargir son effectif.

Le conflit intervient après une enquête menée par Unite qui a révélé que près d'un tiers des employés de l'organisme de bienfaisance ont déclaré avoir été victimes de brimades ou avoir été témoins de brutalités envers leurs collègues, selon un sondage interne mené auprès du personnel l'année dernière.

En réponse aux conclusions, la RSPCA a lancé un "groupe d'action pour le bien-être" avec Unite pour "examiner toutes les politiques pertinentes et explorer de nouvelles façons de s'assurer que tout le monde peut exprimer une préoccupation et avoir accès à une assistance".

Jesika Parmer, responsable régionale d’Unite, a déclaré: «Malheureusement, il n’ya toujours pas de politique interne qui traite directement de l’intimidation ou du harcèlement, ce que Unite a souligné. Le groupe d’action pour le bien-être a été supprimé en raison de l’absence de progrès dans l’élaboration de politiques dédiées aux problèmes d’intimidation et de santé mentale en milieu de travail.

“Un sondage instantané auprès de nos membres montre que les deux tiers d'entre eux seraient prêts à participer à un scrutin pour une grève, y compris une grève. Nous espérons que cela n’arrivera pas à cela, mais la balle est vraiment dans le camp de la direction si elle souhaite recalibrer ses relations de travail de manière plus positive.

"Le groupe Wellbeing a été dissous en septembre. Il ne s’était guère réuni en 2019 et il n’a pas été élargi. Il n’ya plus de participation syndicale dans ce domaine. Tout simplement, le forum n’existe plus."

La RSPCA a déclaré dans un communiqué: "Le groupe d’action pour le bien-être n’a pas été démantelé. En fait, nous élargissons actuellement le nombre de ses membres pour y inclure un plus grand nombre de personnes et nous assurer qu’il sera encore plus efficace dans la résolution des problèmes de bien-être.

"Le groupe Wellbeing a déjà joué un rôle crucial dans certaines avancées importantes au sein de la RSPCA, notamment en informant une nouvelle politique de respect que notre nouveau conseil, qui s'est réuni pour la première fois hier, a approuvé à l'unanimité.

"Il existe déjà un éventail de politiques et de procédures en place pour protéger le personnel et protéger leur bien-être et cette nouvelle politique énonce clairement l'engagement de la Société à éliminer toutes les formes d'intimidation, de harcèlement et de discrimination, et toutes les formes qui en découlent."

Chris Sherwood, directeur général de la RSPCA, s'est exprimé après le sondage accablant de l'année dernière.

"Je suis profondément troublé par les résultats et les prends extrêmement au sérieux", a-t-il déclaré.

«Il n'y a absolument aucun endroit pour l'intimidation de quelque nature que ce soit au sein de la RSPCA.

«J'ai recruté un nouveau directeur des personnes et de la culture qui examine tous les aspects du bien-être du personnel. Nous travaillerons à former tous nos gestionnaires au plus haut niveau possible et lancerons prochainement un groupe d'action sur le bien-être qui travaillera avec Unite pour examiner toutes les politiques pertinentes et explorer de nouvelles façons de faire en sorte que tout le monde puisse exprimer une préoccupation et obtenir de l'aide. .

«Je suis déterminé à faire de la RSPCA un environnement enrichissant, compatissant et responsabilisant dans lequel travailler et faire du bénévolat.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *