Actualité culturelle | News 24

La réforme de la protection de l’enfance à Ottawa pourrait signifier des coupes dans les services aux Autochtones, préviennent les agences

Certaines agences de protection de l’enfance dirigées par des Autochtones préviennent que la refonte prévue par Ottawa du système de protection de l’enfance autochtone pourrait laisser des milliers d’enfants et de familles sans services.

Le gouvernement fédéral prévoit de rediriger le financement des agences de services à l’enfance et à la famille autochtones vers les communautés dans le cadre d’un ensemble de réformes de 20 milliards de dollars actuellement négocié par Ottawa et les dirigeants des Premières Nations.

Cette somme équivaut à la moitié de l’accord de règlement historique de 40 milliards de dollars d’Ottawa sur le bien-être de l’enfance. Les 20 milliards de dollars restants ont été mis de côté pour l’indemnisation individuelle.

Certains observateurs affirment que la réforme proposée du système de protection de l’enfance pourrait entraîner d’importantes réductions de financement pour certains organismes non gouvernementaux de protection de l’enfance, comme les Native Child and Family Services de Toronto.

Le directeur exécutif de l’agence, Jeffrey Schiffer, a déclaré qu’elle ferait face à une réduction de 10,5 millions de dollars – 20% de son budget – d’ici la fin de l’exercice en cours. Il a dit que cette réduction aura un impact direct sur les programmes de prévention.

“Ce qui nous inquiète vraiment, c’est que cela entraîne une augmentation massive du nombre d’enfants entrant dans le système de protection de l’enfance, ce qui, je pense, est la direction opposée que nous voulons aller et la direction opposée que toutes ces réformes sont censées atteindre”, dit Schiffer.

Jeffrey Schiffer‏, directeur exécutif des Native Child and Family Services de Toronto, a déclaré qu’il craignait que les enfants des Premières Nations en milieu urbain soient oubliés dans les discussions sur la réforme à long terme de la protection de l’enfance. (Joe Fiorino/CBC)

“Certains organismes pourraient être considérablement touchés”, a déclaré Michael Miller, directeur général de l’Association des agences de services à l’enfance et à la famille autochtones de l’Ontario.

Les responsables fédéraux affirment qu’aucun enfant ne sera laissé pour compte par les changements prévus, mais ils n’ont pas encore révélé comment les services seront fournis dans le nouveau cadre.

L’incertitude crée du stress pour ceux qui dépendent des agences privées pour les services.

“C’est très décourageant”, a déclaré Chantel Pinacie, une mère qui a trouvé un logement grâce aux Services à l’enfance et à la famille autochtones dans le cadre d’un programme qui risque maintenant d’être annulé.

“Les mères célibataires doivent avoir accès à ce financement.”

La réforme du système toujours en cours de négociation

La ministre des Services aux Autochtones, Patty Hajdu, a déclaré que les changements apportés au système de protection de l’enfance des Premières Nations le rendront plus sensible aux besoins des familles et des communautés.

“Les systèmes dirigés par les autochtones seront plus solides dans leur approche pour comprendre comment mieux prendre soin des familles et des enfants”, a-t-elle déclaré.

“Est-ce que ce sera transparent? J’espère que ce sera aussi transparent que possible. Mais bien sûr, nous sommes toujours intéressés par la façon dont nous pouvons mieux soutenir ce travail et il en est à ses débuts.”

La réforme de la protection de l'enfance à Ottawa pourrait signifier des coupes dans les services aux Autochtones, préviennent les agences
La ministre des Services aux Autochtones, Patty Hajdu, a déclaré que les changements apportés au système de protection de l’enfance des Premières Nations le rendront plus sensible aux besoins des familles et des communautés. (Sean Kilpatrick/Presse canadienne)

Valerie Gideon, sous-ministre associée de Services aux Autochtones Canada, a déclaré à CBC News que les décisions finales concernant le financement des services à l’enfance et à la famille autochtones au cours du prochain exercice dépendront de deux facteurs.

Le gouvernement fédéral doit d’abord parvenir à un accord final sur les réformes à long terme du système de protection de l’enfance d’ici le 31 décembre, a-t-elle déclaré. Le Tribunal canadien des droits de la personne doit également approuver le programme d’indemnisation distinct de 20 milliards de dollars pour les personnes en vertu de ses décisions et ordonnances en matière de discrimination.

“L’enfant qui reçoit des services continuerait à le faire, mais dans le cadre d’un arrangement de prestation de services différent”, a déclaré Gideon.

Services aux Autochtones Canada a jusqu’à présent reçu 64 avis et demandes de 58 organes directeurs autochtones qui souhaitent prendre le contrôle des services de placement familial, a déclaré Gideon.

Gideon a déclaré que son ministère avait répondu à la demande en augmentant de 270 % le financement des services de prévention des Premières Nations à compter du 1er avril.

« Il s’agit d’examiner différentes ententes de prestation de services ou partenariats avec les Premières Nations afin de pouvoir soutenir leurs aspirations à un plus grand contrôle et à une plus grande participation à la prestation des services », a-t-elle déclaré.

Le porte-parole du NPD en matière d’affaires Couronne-Autochtones, Charlie Angus, député de Timmins–Baie James, a déclaré que même si son parti soutient le droit des Premières Nations de contrôler leurs propres systèmes, le transfert des services vers elles doit se faire sans accroc.

La réforme de la protection de l'enfance à Ottawa pourrait signifier des coupes dans les services aux Autochtones, préviennent les agences
Charlie Angus, député néo-démocrate de Timmins–Baie James, demande au gouvernement fédéral de veiller à ce que les enfants ne soient pas perdants dans la refonte du système de protection de l’enfance des Premières Nations. (Sean Kilpatrick / La Presse canadienne)

“Le gouvernement fédéral veut se décharger de toutes ses obligations”, a déclaré Angus.

“Mais s’ils le téléchargent sans financement adéquat, des enfants vont être blessés et les communautés des Premières Nations vont être blâmées.”

Miller a déclaré à CBC News qu’il faudrait du temps pour renforcer les capacités au niveau communautaire.

“Je vois les opportunités, mais je vois les préoccupations”, a déclaré Miller avant de s’impliquer directement dans les négociations fédérales-Premières Nations sur la réforme de la protection de l’enfance.

“Comment faire la transition sans un impact énorme ou même, dans le pire des cas, une perte de services aux particuliers ?”

Native Child and Family Services estime que plus de 3 598 enfants et jeunes autochtones risquant d’être entraînés dans le système de protection de l’enfance pourraient se retrouver sans accès adéquat à un soutien en matière de prévention, a déclaré Schiffer. Cela pourrait entraîner le retour de 1 000 enfants et jeunes dans le système, a-t-il ajouté.

Schiffer a déclaré qu’il craignait que les réformes prévues ne laissent derrière eux des enfants et des familles autochtones vivant en milieu urbain.

“Nous devons nous demander, si nous réformons le système pour les enfants des Premières Nations, [then] qui compte comme un enfant des Premières Nations ? » a déclaré Schiffer.

« Est-ce que ce sont uniquement les enfants des Premières Nations qui vivent dans une réserve ou qui ont un statut légal en vertu de la Loi sur les Indiens ? Ou est-ce aussi des enfants des Premières Nations qui sont liés à leur communauté d’origine, mais qui vivent dans la ville de Toronto pendant un certain temps ? »

Articles similaires