La recherche d’un randonneur britannique disparu dans les Pyrénées devra «  probablement attendre le printemps  »

La police française affirme qu’elle devra « probablement » attendre le printemps pour poursuivre la recherche d’un randonneur britannique disparu à la fin de l’année dernière dans les Pyrénées.

Esther Dingley, 37 ans, marchait en solo dans les montagnes près de la frontière espagnole et française et a été vue pour la dernière fois le 22 novembre.

Le capitaine de la police française Jean Marc Bordinaro a déclaré au Times que « toutes les enquêtes possibles » sur le territoire français ont été menées « sans résultat ».

Il a déclaré: «Nous n’avons aucune indication nous permettant de confirmer la présence d’Esther Dingley en France puisqu’elle a été vue pour la dernière fois du côté espagnol du Pic de Sauvegarde.

« Nous devrons probablement attendre le printemps pour entreprendre d’autres recherches. »

Le partenaire de Mme Dingley, Daniel Colegate, qui avait fait de la randonnée avec elle mais qui travaillait à la maison dans une ferme française le 22 novembre, a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’il ne pensait pas être tombée ou avoir eu un autre type d’accident.

Il a également rejeté les suggestions selon lesquelles elle aurait pu disparaître volontairement.

Écrivant sur Facebook, M. Colegate a nié l’idée que Mme Dingley déclencherait une opération de recherche majeure en disparaissant, plutôt que de simplement lui dire qu’elle avait besoin de temps seule.

Il a déclaré: «Tout cela me porte à croire que quelqu’un d’autre a été impliqué dans la disparition d’Esther et contre sa volonté.

«C’est une perspective terrifiante et j’aimerais pouvoir croire le contraire, mais je ne peux pas.

Le couple, qui est ensemble depuis près de 19 ans, s’est rencontré à l’Université d’Oxford et a vécu à Durham avant de partir à travers l’Europe dans un camping-car il y a six ans.