La Pologne et l’Ukraine doivent mettre leurs différends de côté dans une « lutte titanesque » contre la Russie

Le voyage de Sikorski intervient dans un contexte d’effondrement du soutien occidental à Kiev, tant en Europe qu’aux États-Unis – une tendance saluée par le Kremlin.

PUBLICITÉ

Lors d’un déplacement à Kiev vendredi, le nouveau chef de la diplomatie polonaise a affiché sa détermination à mettre fin aux tensions entre son pays et l’Ukraine, s’engageant à soutenir cette dernière dans sa « lutte titanesque » contre la Russie.

La Pologne est l’un des principaux soutiens de l’Ukraine en Europe, mais les relations entre les deux États voisins ont été tendues par les différends commerciaux de ces derniers mois.

Le vent semble s’être inversé avec l’arrivée récente au pouvoir du bloc pro-européen à Varsovie.

Le nouveau ministre polonais des Affaires étrangères, Radosław Sikorski, a effectué son premier voyage à l’étranger pour rendre visite à son allié ukrainien afin de souligner le soutien continu de la Pologne à Kiev.

Sikorski a déclaré à son homologue ukrainien Dmytro Kuleba : « La Pologne est à vos côtés dans cette lutte titanesque », critiquant la Russie pour « avoir bombardé des villes, détruit des provinces entières, déporté des enfants et se préparant à anéantir un voisin qui n’a rien fait de mal ».

Le ministre polonais a appelé Bruxelles et Washington à « mobiliser » leurs économies et leurs moyens de production pour armer l’Ukraine, soulignant que la Russie était « basculée vers une économie de guerre ».

« Nous ne pouvons pas permettre à la Russie de produire davantage sur la base d’une économie beaucoup plus petite (…) Si l’Occident se mobilise, je n’ai aucun doute qu’il gagnera, mais il doit enfin commencer à se mobiliser », a déclaré Sikorski aux journalistes.

Il a également estimé que « l’impasse » de la situation sur le front – selon une expression forgée par le commandant en chef de l’armée ukrainienne, Valery Zaluzhnyi – était un « test » pour l’amitié entre Kiev et Varsovie.

Le blocus frontalier des camionneurs va-t-il être levé ?

Tout en qualifiant la visite de Sikorski de « signe d’amitié », Kuleba a déclaré qu’il espérait trouver une solution à la principale source de tension entre leurs deux pays : le blocus frontalier imposé par les camionneurs polonais.

Les chauffeurs routiers polonais bloquent plusieurs passages depuis début novembre pour protester contre la « concurrence déloyale » de leurs collègues ukrainiens, qui, selon Kiev, a coûté à l’Ukraine des centaines de millions d’euros.

« La première chose à faire est de débloquer la frontière, car la situation dans laquelle se trouvent nos relations amicales, à l’ombre de la frontière bloquée, est inacceptable et préjudiciable », a martelé vendredi Kuleba.

Dans le même temps, Kuleba a salué le choix de Kiev pour le premier voyage de Sikorski après sa nomination. « C’est un signe de respect pour l’Ukraine », a-t-il déclaré, insistant sur le fait que leurs deux pays ont « un ennemi commun ».

Le voyage de Sikorski intervient dans un contexte d’effondrement du soutien occidental à Kiev, tant en Europe qu’aux États-Unis – une tendance que le Kremlin salue.

Cependant, le plus haut diplomate polonais a souligné le soutien continu de son pays à l’Ukraine et l’unité intérieure sur cette question.

« La Russie doit perdre et l’Ukraine doit gagner. Et sur cette question, quel que soit celui qui sera au pouvoir en Pologne, comme vous pouvez le constater, nous sommes unis », a déclaré Sikorski.