Actualité culturelle | News 24

La police intervient sur un trafic d’influence présumé à l’Assemblée de l’UE

BRUXELLES (AP) – La police a lancé vendredi 16 raids dans la capitale belge dans le cadre d’une enquête sur la corruption et le blanchiment d’argent impliquant le Parlement de l’Union européenne et un pays non identifié du Golfe, a déclaré le bureau du procureur fédéral.

Quatre personnes ont été arrêtées pour interrogatoire et les enquêteurs ont récupéré environ 600 000 euros (633 500 dollars) en espèces et saisi du matériel informatique et des téléphones portables lors des perquisitions à Bruxelles, a indiqué le parquet dans un communiqué.

La déclaration ne nommait pas les quatre mais indiquait que l’un d’entre eux était un ancien membre du Parlement européen.

Les raids visaient en particulier les assistants travaillant pour les législateurs européens, selon le communiqué. L’assemblée de l’UE compte 705 membres élus parmi les 27 pays membres du bloc. Chaque législateur dispose d’un certain nombre d’assistants.

Les procureurs ont déclaré que la police judiciaire fédérale belge soupçonnait le pays non identifié du Golfe de tenter “d’influencer les décisions économiques et politiques du Parlement européen”.

Il a déclaré que cela aurait été fait “en versant de grosses sommes d’argent ou en offrant des cadeaux importants à des tiers occupant une position politique et/ou stratégique importante au sein du Parlement européen”.

Le service de presse du Parlement européen a refusé de commenter les raids alors qu’une enquête était en cours, mais a déclaré que l’assemblée coopérait pleinement avec la police belge.

The Associated Press

Articles similaires