La plupart des entreprises américaines exigeront une preuve de vaccination Covid de la part des employés: enquête

Un travailleur de la santé remplit une fiche de vaccination Covid-19 dans l’arrondissement du Bronx à New York.

Angus Mordant | Bloomberg | Getty Images

Plus de 60% des entreprises aux États-Unis exigeront une preuve de vaccination de leurs employés, selon une nouvelle enquête menée par l’Arizona State University avec le soutien de la Fondation Rockefeller.

Une large majorité d’employeurs américains, 65%, prévoient d’offrir aux employés des incitations à se faire vacciner et 63% exigeront une preuve de vaccination, selon l’enquête. Dans l’ensemble, 44% demanderont à tous les employés de se faire vacciner, 31% ne feront qu’encourager les vaccinations et 14% exigeront que certains employés se font vacciner.

En ce qui concerne les conséquences du non-respect de la politique de vaccination de l’entreprise, 42% des entreprises ont déclaré que l’employé ne serait pas autorisé à retourner dans l’environnement de travail physique, et 35% ont déclaré que des mesures disciplinaires étaient sur la table, pouvant aller jusqu’au licenciement éventuel. .

L’enquête, publiée jeudi, représente les réponses de 957 établissements dans 24 secteurs industriels aux États-Unis. La plupart des répondants étaient des entreprises de 250 employés ou plus.

Les tests restent essentiels pour les employeurs, 70% des répondants effectuant actuellement des tests Covid qui sont pour la plupart obligatoires.

En termes de bien-être des employés, les entreprises interrogées ont déclaré que l’épuisement professionnel avait augmenté de 54% et que les problèmes de santé mentale dans l’ensemble avaient augmenté de 59%. Cependant, le moral et la productivité ont également augmenté de près de 50%.

Pour l’avenir, 66% des employeurs prévoient de permettre aux employés de travailler à domicile à temps plein jusqu’en 2021, et 73% ont l’intention d’offrir des modalités de travail flexibles une fois la pandémie terminée. Cependant, 73% des entreprises souhaitent que les employés travaillent au bureau au moins 20 heures par semaine.

« Ce n’est pas seulement une bulle qui redevient » normale « , il y aura une certaine flexibilité positive après la fin de la pandémie et nous reprendrons le travail en personne », a déclaré Mara G. Aspinall, professeure à l’Arizona State University’s College of Health Solutions et l’un des auteurs de l’enquête.

Les employés sont principalement préoccupés par leur santé personnelle, le risque d’infection et la sécurité sur le lieu de travail, selon l’enquête. Trente-huit pour cent des employés souhaitent rentrer éventuellement, mais pas immédiatement et environ un quart ont déclaré qu’ils étaient réticents à revenir du tout, selon les entreprises qui ont répondu à l’enquête.

« La pandémie a changé l’environnement de bureau traditionnel à bien des égards, peut-être pour toujours, mais la majorité des employeurs indiquent qu’ils voient une réelle valeur dans le fait que les employés continuent d’interagir en face à face », Nathaniel L. Wade, co-auteur du étude qui est également affiliée au College of Health Solutions de l’ASU. « Nous voulions vraiment nous assurer que nous donnons des informations publiques pour aider les gens à prendre de bonnes décisions. »

La plupart des employés, environ 51%, préféreraient attendre que le gouvernement ou les agences de santé leur permettent de retourner au travail, et environ 47% ont déclaré qu’ils reprendraient le travail en personne lorsque l’ensemble de la main-d’œuvre serait vaccinée.

«Les employeurs ont été relativement calmes pendant la pandémie, nous entrons maintenant dans la phase suivante où les employeurs créent leurs propres politiques afin que les employés puissent retourner sur le lieu de travail en toute sécurité et durablement», a déclaré Aspinall. « Les gens veulent revenir à la normale, mais ils veulent le faire de manière sûre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *