Dernières Nouvelles | News 24

La Papouasie-Nouvelle-Guinée affirme qu’un glissement de terrain a enseveli plus de 2 000 personnes ; demande officiellement de l’aide | Nouvelles du monde

Un responsable du gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée a déclaré aux Nations Unies que plus de 2 000 personnes auraient été ensevelies vivantes dans le glissement de terrain de vendredi dernier et a officiellement demandé l’aide internationale.

Une vue après le glissement de terrain dans le village de Yambali. On craint que plus de 2 000 personnes aient été enterrées dans un glissement de terrain en Papouasie-Nouvelle-Guinée qui a détruit un village isolé des montagnes. (AFP)

Le chiffre du gouvernement est à peu près le triple de l’estimation de l’ONU de 670 personnes tuées par le glissement de terrain dans l’intérieur montagneux de cette nation insulaire du Pacifique Sud. Les restes de cinq personnes seulement avaient été retrouvés lundi, ont rapporté les autorités locales. Il n’était pas clair dans l’immédiat pourquoi le décompte de six annoncé dimanche avait été révisé à la baisse.

Débloquez un accès exclusif aux dernières nouvelles sur les élections générales en Inde, uniquement sur l’application HT. Télécharger maintenant! Télécharger maintenant!

Dans une lettre adressée dimanche au coordonnateur résident des Nations Unies et consultée par l’Associated Press, la directrice par intérim du Centre national des catastrophes du pays, Luseta Laso Mana, a déclaré que le glissement de terrain « a enterré plus de 2 000 personnes vivantes » et causé des « destructions majeures » dans le pays. Village de Yambali dans la province d’Enga.

Les estimations du nombre de victimes ont varié considérablement depuis la catastrophe, et il n’était pas clair dans l’immédiat comment les autorités sont parvenues à déterminer le nombre de personnes touchées.

L’Organisation internationale pour les migrations, qui travaille en étroite collaboration avec le gouvernement et joue un rôle de premier plan dans la réponse internationale, n’a pas modifié son bilan estimé à 670 morts, publié dimanche, dans l’attente de nouvelles preuves.

« Nous ne sommes pas en mesure de contester ce que suggère le gouvernement, mais nous ne sommes pas en mesure de le commenter », a déclaré Serhan Aktoprak, chef de la mission de l’agence des Nations Unies pour les migrants en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

« Au fur et à mesure que le temps passe dans une entreprise aussi massive, les chiffres resteront fluides », a ajouté Aktoprak.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a adressé ses « sincères condoléances » aux familles des victimes ainsi qu’au peuple et au gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée et a déclaré que l’ONU et ses partenaires soutiennent les efforts de réponse du gouvernement, et que « l’ONU est prête à offrir des aide humanitaire en cette période difficile », a déclaré lundi le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Le bilan de 670 morts était basé sur les calculs du village de Yambali et des responsables de la province d’Enga, selon lesquels plus de 150 maisons avaient été ensevelies par le glissement de terrain. L’estimation précédente était de 60 logements.

Le bureau du Premier ministre de Papouasie-Nouvelle-Guinée, James Marape, n’a pas répondu lundi à une demande d’explication sur la base de l’estimation gouvernementale de 2 000 personnes. Marape a promis de publier des informations sur l’ampleur des destructions et des pertes humaines dès qu’elles seront disponibles.

Il est difficile de déterminer l’ampleur de la catastrophe en raison des conditions difficiles sur le terrain, notamment l’éloignement du village, le manque de télécommunications et les guerres tribales dans toute la province, ce qui signifie que les travailleurs humanitaires internationaux et les convois humanitaires ont besoin d’escortes militaires.

Au moins 26 guerriers tribaux et mercenaires ont été tués lors d’une bataille entre deux tribus en guerre à Enga en février, ainsi qu’un nombre non confirmé de passants.

Le manque de données de recensement fiables du gouvernement national ajoute également à la difficulté de déterminer le nombre de morts potentiels.

Le gouvernement estime la population de la Papouasie-Nouvelle-Guinée à environ 10 millions d’habitants, même si une étude de l’ONU, basée sur des données comprenant des photographies satellite des toits, estime qu’en 2022 elle pourrait atteindre 17 millions. Aucun recensement précis n’a été organisé dans le pays depuis des décennies.

Le glissement de terrain a également enseveli un tronçon de 200 mètres (650 pieds) de la route principale de la province sous des débris de 6 à 8 mètres (20 à 26 pieds) de profondeur, créant un obstacle majeur pour les secouristes.

Mana a déclaré que le glissement de terrain aurait un impact économique majeur sur l’ensemble du pays.

Une excavatrice offerte dimanche par un constructeur local est devenue la première pièce d’engin de terrassement lourd apportée pour aider les villageois qui creusaient avec des pelles et des outils agricoles pour retrouver les corps. Travailler autour des débris toujours en mouvement est périlleux.

« La situation reste instable » en raison du changement de terrain, « ce qui représente un danger permanent à la fois pour les équipes de secours et pour les survivants », a écrit Mana aux Nations Unies.

Mana et le ministre de la Défense de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Billy Joseph, ont volé dimanche à bord d’un hélicoptère militaire australien depuis la capitale Port Moresby jusqu’à Yambali, à 600 kilomètres (370 miles) au nord-ouest, pour avoir une idée directe de ce qui est nécessaire.

Le bureau de Mana a publié une photo de lui à Yambali remettant à un responsable local un chèque de 500 000 kinas (130 000 dollars) pour acheter des fournitures d’urgence pour 4 000 survivants déplacés.

Le but de la visite était de décider si le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée devait officiellement demander davantage de soutien international.

Des équipements de terrassement utilisés par l’armée papouane-néo-guinéenne étaient transportés sur les lieux de la catastrophe, à 400 kilomètres (250 miles) de la ville de Lae, sur la côte est.

Les villageois traumatisés sont divisés sur la question de savoir si des machines lourdes devraient être autorisées à déterrer et potentiellement endommager davantage les corps de leurs proches enterrés, ont indiqué des responsables.

Dites-nous ce que représentera votre premier vote dans une courte vidéo et courez la chance d’être présenté sur les réseaux sociaux de HT. Cliquez ici pour en savoir plus!
Obtenez les mises à jour actuelles sur l’actualité de l’Inde, les élections 2024, l’élection de Lok sabha 2024 votant en direct, l’élection du Karnataka 2024 en direct à Bengaluru, la date de l’élection 2024 ainsi que les dernières nouvelles et les principaux titres de l’Inde et du monde entier.


Source link