La mission spatiale Artemis sur la Lune “un tremplin” vers Mars et au-delà

La dernière fois que des humains sont allés sur la lune, c’était une destination.

Mais lorsque la mission Artemis 1 de la NASA sera lancée lundi, la lune sera davantage une station de passage.

« C’est vraiment pour apprendre comment on peut aller plus loin », a déclaré Isabelle Tremblay de l’Agence spatiale canadienne, qui joue un grand rôle dans les missions Artemis. “C’est vraiment pour apprendre comment on peut aller sur Mars.”

Artemis 1 est le premier d’une série de vols destinés à aboutir à une base en orbite autour de la lune, à partir de laquelle les équipages peuvent ensuite s’aventurer dans le système solaire. La mission est de déposer 10 satellites scientifiques en orbite lunaire, mais l’objectif principal est de tester le nouveau système de lancement de la NASA et le vaisseau spatial Orion pour Artemis 2.

C’est là que les choses deviennent vraiment intéressantes. Artemis 2, prévue pour le printemps 2024, serait la première mission avec équipage sur la Lune depuis la dernière mission Apollo il y a un demi-siècle.

« Il y aura certainement un Canadien parmi l’équipage », a déclaré Tremblay.

Artemis 2 sera en orbite autour de la lune et les astronautes d’Artemis 3 y atterriront. Mais les missions Artemis visent à aller au-delà du satellite terrestre pour construire la passerelle lunaire. La petite station spatiale en orbite autour de la lune peut être utilisée comme point de décollage pour de futures missions vers Mars et au-delà.

C’est là que brillera la principale contribution du Canada au programme Artémis. La passerelle comportera une troisième version du célèbre Canadarm robotique.

Le Canadarm 3 offrira en fait deux mains, ce qui signifie qu’une main pourra réparer l’autre. Il entretiendra, réparera et inspectera la passerelle, accrochera les véhicules de passage au passage, ajustera les modules de travail de la passerelle, aidera les astronautes lors des sorties dans l’espace et aidera aux mesures scientifiques. Il sera exploité à la fois à distance depuis la Terre et de manière autonome, fonctionnant de manière autonome.

Des contributions telles que le Canadarm sont la raison pour laquelle les scientifiques et les astronautes canadiens jouent un rôle si important dans l’exploration spatiale, a déclaré Tremblay.

“Nous disons toujours que nous frappons au-dessus de notre poids.”

En plus du Canadarm, la science et la technologie canadiennes sont à l’origine de la machinerie qui vise le nouveau télescope spatial James Webb de la NASA, qui renvoie actuellement vers la Terre des images étonnantes de certaines des plus anciennes galaxies existantes.

La contribution du Canada au James Webb de 10 milliards de dollars américains était de 178 millions de dollars pour la conception et la construction et de 16,5 millions de dollars pour le soutien scientifique, jusqu’en 2021 – et cela représente environ 5 % du temps d’observation du télescope.

La science canadienne contribue également d’autres façons.

Des scientifiques et des entreprises privées participent à un défi de la NASA pour créer des aliments sains et appétissants pouvant être cultivés dans l’espace. D’autres sont à la pointe de la médecine spatiale.

Une expérience de l’Université de la Colombie-Britannique sur Artemis 1 consiste à examiner l’effet que le rayonnement de l’espace lointain peut avoir sur les cellules de levure et d’algues, qui pourraient être cultivées à la fois pour la nutrition et le carburant.

Le Canadarm 3 devrait coûter au total 1,9 milliard de dollars sur 24 ans.

C’est un bon investissement, a dit Tremblay.

Il y a des retombées techniques et scientifiques pour ceux qui restent sur Terre. L’exploration spatiale peut aider à relever des défis tels que la sécurité alimentaire et les soins de santé, a déclaré Tremblay.

Des opportunités commerciales peuvent également suivre.

« La lune est devenue un objectif stratégique », a déclaré Tremblay. “Il peut y avoir des ressources que nous pouvons utiliser pour aller plus loin, mais il peut y avoir des ressources qui nous sont utiles.”

Artemis 1 doit rester dans l’espace jusqu’à 42 jours, orbiter autour de la Lune et parcourir plus de deux millions de kilomètres.

Mais ce ne sera que le début du défi d’Artemis au grand noir au-delà.

“La lune est un tremplin vers Mars”, a déclaré Tremblay. “C’est sur la Lune qu’on peut apprendre à aller plus loin.”

Bob Weber, La Presse Canadienne

Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

luneNASAScienceEspace