Actualité santé | News 24

La méningococcie est en hausse à Chicago, prévient le ministère de la Santé

CHICAGO — Le ministère de la Santé publique de Chicago met en garde contre une augmentation des cas de méningococcie.

Il y a eu huit cas à Chicago cette année d’infection bactérienne « rare mais grave », selon un communiqué de presse du ministère de la Santé. Dans tous les cas, les personnes infectées avaient des infections du sang – et quatre sont décédées, selon le département.

Chicago a enregistré sept cas de méningococcie en 2023 et un à trois cas par an entre 2017 et 2022, la récente augmentation étant conforme aux tendances nationales, selon le ministère de la Santé.

La méningococcie infecte la muqueuse du cerveau, de la moelle épinière et du sang, entraînant une maladie grave et parfois la mort. Les Centers for Disease Control and Prevention ont a émis un avis de santé.

Le commissaire à la santé, le Dr Olusimbo « Simbo » Ige, a déclaré dans un communiqué que rester à jour en matière de vaccination constitue la meilleure protection contre la méningococcie.

« Nous surveillons cette situation de très près et jusqu’à présent, nous n’avons identifié aucune exposition commune parmi les cas de Chicago », a déclaré Ige dans le communiqué de presse. « Même si les cas restent très rares, nous voulons que les gens en soient conscients car les conséquences peuvent être très graves. »

La maladie touche de manière disproportionnée les personnes âgées de 30 à 60 ans et les Noirs, selon le ministère de la Santé. La plupart des cas se présentent d’abord sous forme d’infections du sang et se propagent par voie respiratoire déclenchée par un contact étroit.

La méningococcie n’est pas aussi contagieuse que la grippe ou le COVID.

Les symptômes comprennent des symptômes pseudo-grippaux qui « s’aggravent rapidement », de la fièvre et des frissons, de la fatigue, des mains et des pieds froids, des courbatures et des douleurs intenses, une respiration rapide et, à des stades ultérieurs, une éruption cutanée violet foncé, selon le département de la santé.

Les adolescents devraient recevoir le vaccin contre le méningocoque à 11 ou 12 ans, avec une dose de rappel à 16 ans, selon le ministère de la Santé. D’autres devraient parler à leur médecin de la possibilité de se faire vacciner si ce n’est pas déjà fait.


Écoutez le podcast Block Club Chicago :




Source link