La marque lifestyle Obakki fusionne produits de luxe et philanthropie

Quand elle avait 8 ans, Treana Peake et sa mère ont trouvé une enveloppe remplie d’argent liquide que quelqu’un avait glissée sous la porte de leur maison rurale de l’Alberta, au Canada. Le cadeau est apparu année après année, mais ils n’ont jamais découvert la personne derrière. Treana ne comprenait pas comment quelqu’un pouvait présenter de l’argent de manière anonyme sans rien attendre en retour.

« Je n’ai pas pu boucler cette boucle de remerciement », dit-elle Penta. « Cela m’a influencé et a donné le ton sur la façon de vivre ma vie. »

Créatrice de mode et humanitaire passionnée de voyages, Peake est la fondatrice et directrice créative d’Obakki, la marque de style de vie basée à Vancouver, en Colombie-Britannique, qu’elle a créée en 2005. Obakki est dérivé du mot japonais « Obake »— ce qui se traduit par « une chose qui change ». Le séjour de Peake au Japon a inspiré le nom de l’entreprise, bien qu’avec une orthographe modifiée.

Plus: La côte centrale du Vietnam devrait figurer en tête de votre liste de voyages en Asie du Sud-Est

Peake, marié au guitariste de Nickelback Ryan Peake, parcourt le monde, se connectant avec des artisans et responsabilisant les résidents du Mali, de l’Ouganda, de Guerrero, du Mexique, entre autres communautés en développement où les artisans locaux produisent des articles en petits lots pour la collection d’Obakki. Elle travaille dans 17 pays avec 1 000 créateurs dans environ 70 collectifs d’artisans et s’engage à guider ces communautés afin qu’elles puissent soutenir un réel changement et prospérer.

LES OBJETS

Publicité – Faites défiler pour continuer


De petits articles pour la maison et des accessoires décoratifs tels que des bougies en cire d’abeille fabriquées à la main en dehors de la ville de Mexico, des assiettes en verre soufflées à la main à Osaka, au Japon, des paniers tissés à partir de matériaux durables en Ouganda et des meubles élaborés et haut de gamme constituent une grande partie de la collection d’Obakki. Par exemple, un buffet en chêne du créateur mexicain Andres Gutiérrez est disponible en quantité limitée, sur commande, et des tisserands mexicains fabriquent sur demande un abat-jour suspendu surdimensionné dans des tailles et des couleurs personnalisées.

Les pièces d’art mural textile des tisserands de Querétaro sont des best-sellers, tout comme les bougies, comme l’Obakki « No. 13 Candle – Seme » et des bougies de l’artisane d’Oaxaca Viviana. D’autres articles comprennent un mortier et un pilon Holbox, un bol en pierre de lave Mayapan fabriqué par des artistes de Puebla, au Mexique, et des serviettes pour les mains et les bains 100 % coton filé à la main en provenance d’Éthiopie.

Plus: La philanthropie se mobilise pour faire progresser les réparations et la réparation raciale

Publicité – Faites défiler pour continuer


Certains des derniers ajouts d’Obakki proviennent d’un collectif de femmes tisserandes du Gujarat, en Inde. Grâce à un approvisionnement éthique et au zéro déchet, les artisans fabriquent des œuvres d’art murales brodées uniques en leur genre.

PRIX

Les prix d’Obakki varient de 14 dollars pour une décoration de Noël en coton recyclé fabriquée au Mexique, à 297 dollars pour une couverture en laine vierge et cachemire provenant d’Italie, et à 2 252 dollars pour une tapisserie indienne créée à partir de chutes de tissus recyclés. Les meubles en bois fabriqués à la main par le célèbre artiste mexicain Andres Gutiérezz coûtent un peu plus de 17 000 $ US.

Publicité – Faites défiler pour continuer


À QUOI EST LE BON

Peake a choisi d’utiliser la plateforme de la marque créative pour investir dans certaines régions du monde, préserver les cultures artisanales et mettre en œuvre un changement durable. Elle recherche des opportunités pour connecter les artisans locaux avec le marché de leurs communautés, générant ainsi plus d’affaires.

Obakki achète et vend les produits des artisans, et les fabricants des coopératives rurales bénéficient d’une visibilité mondiale, attirant des acheteurs qu’ils n’auraient pas pu atteindre autrement.

La moitié de la collection de Peake est axée sur le design, et l’autre moitié est axée sur un objectif précis et soutenue par sa sœur philanthropique : la Fondation Obakki, créée en 2007. Tous les articles de la collection d’Obakki, qu’ils soient fabriqués dans un village isolé d’Afrique ou par un designer en Italie––sont disponibles à l’achat sur Obakki.com.

Publicité – Faites défiler pour continuer


La Fondation Obakki stimule les économies locales dans les communautés en développement et en difficulté, en améliorant la vie des artisans et de leurs villages grâce à l’eau potable, à l’agriculture, à la santé et à l’éducation. Les projets comprennent le soutien d’écoles au Kenya, l’investissement dans un programme apicole en Ouganda, le forage d’un trou pour l’eau potable au Soudan du Sud et l’aide aux malades, aux personnes âgées et aux personnes déplacées d’Ukraine.

Jusqu’à présent, la fondation est responsable du forage de plus de 4 000 puits dans plusieurs pays africains, de la fourniture d’eau potable à plus de 3 millions de personnes et de la construction de 12 écoles pour éduquer 20 000 enfants. Lorsque les gens font un don à la fondation, 100 % vont directement aux programmes communautaires car la marque Obakki et un groupe d’investisseurs providentiels couvrent les frais administratifs de l’organisation.

Publicité – Faites défiler pour continuer


Plus: Un pack de voitures classiques d’avant-guerre sera mis en vente le mois prochain

ET APRÈS

Peake dit qu’elle espère élargir sa mission, touchant ainsi davantage de personnes dans les communautés en développement. « Nous avons beaucoup d’objectifs ambitieux. »

Elle prévoit consacrer davantage de temps à des projets au Mexique.

« Pour maintenir l’artisanat traditionnel vivant dans ces régions, nous créons des centres artistiques dirigés par des communautés et des artisans », explique-t-elle. « Cela permet aux artisans d’avoir accès aux touristes plutôt que de passer par des intermédiaires. »

L’entrepreneur continuera à consacrer son énergie à la Turquie, car le sud-est du pays a été dévasté par le tremblement de terre de février 2023. Peake dit que 100 artisans se sont réveillés un matin et que leurs maisons, leurs moyens de subsistance et leurs ateliers avaient disparu. « Nous reconstruisons dans cette région pour relancer leur économie. »