Skip to content

Le ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce, Peter Szijjarto, sera le seul dirigeant diplomatique de l’UE à assister à la cérémonie de signature de l’officialisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis (EAU), prévue mardi à Washington.

« À l’invitation du président américain Donald Trump, en tant que seul ministre de l’Union européenne, le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto assistera également … à la cérémonie de signature à la Maison Blanche mardi », a déclaré dimanche son porte-parole, Mate Paczolay, à l’agence de presse hongroise MTI, Reuters signalé.

Szijjarto s’entretiendra également avec le gendre et conseiller en chef de Trump, Jared Kushner, a ajouté le porte-parole.

«La Hongrie continue de soutenir les efforts de paix au Moyen-Orient, et nous continuons de nous battre au sein des organisations internationales pour un jugement juste des pays de la région.

Un accord historique sur la normalisation des relations diplomatiques sera signé mardi à Washington dans le jardin de la Maison Blanche », a écrit Szijjarto sur Facebook ce week-end.

«C’est un honneur que selon l’invitation reçue hier soir, ils attendent la représentation de la Hongrie au niveau des ministres des Affaires étrangères», a-t-il ajouté.

Lundi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que la signature serait plus qu’une reconnaissance formelle des liens avec les Émirats arabes unis, qualifiant l’accord de traité de paix.

«C’est un tournant décisif dans l’histoire d’Israël et du Moyen-Orient. Cela aura une influence considérable et positive sur tous les citoyens d’Israël », a déclaré Netanyahu.

La semaine dernière, Bahreïn a également suivi la décision des Émirats arabes unis, faisant du Royaume du Golfe le quatrième pays arabe à procéder à la reconnaissance. Le pays devrait signer une déclaration d’intention de faire la paix avec Israël, car il n’y avait pas assez de temps pour préparer un accord complet depuis l’annonce de son intention.

Le plus haut diplomate européen, Josep Borrell, s’est félicité de l’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays, affirmant que cela représentait «une contribution positive à la paix et à la stabilité au Moyen-Orient».

Il a toutefois souligné qu ‘«un règlement global du conflit israélo-arabe nécessite une approche régionale inclusive et un engagement avec les deux parties», car l’accord était une autre étape dans l’isolement des Palestiniens.