La Guinée face à une «  situation épidémique  » après sept cas confirmés d’Ebola

L’agence de santé guinéenne affirme que la nation ouest-africaine est confrontée à une situation épidémique après la mort de trois personnes d’Ebola.

Les victimes se trouvaient toutes dans le sud-est du pays.

La cause de leur décès a été confirmée après des tests en laboratoire dans la capitale Conakry.

« Il y a eu un total de sept cas, dont trois décès », a expliqué Sakoba Keïta, le chef de l’Agence de santé de Guinée. « Sur les sept, quatre étaient des hommes et trois étaient des femmes. Trois étaient isolés, un à Conakry et deux à Nzérékoré. »

On ne sait pas exactement d’où vient l’épidémie, mais les responsables affirment qu’il semble que certaines des victimes l’ont attrapée après avoir assisté à des funérailles début février.

« Certaines personnes qui ont participé aux funérailles ont commencé, quelques jours plus tard, à souffrir de diarrhée, de vomissements, de saignements et de fièvre », a déclaré Keïta. « Les premiers échantillons ont été confirmés le 12 février. »

Les experts de la santé ont déclaré que ces derniers cas pourraient être un revers majeur pour la nation appauvrie.

Le pays est aux prises avec le COVID-19 et se remet toujours de la précédente épidémie d’Ebola, qui a tué plus de 11000 personnes en Guinée et dans les pays voisins.

Le mois dernier, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle créait un stock d’urgence mondial d’environ 500 000 doses de vaccin contre Ebola pour aider à éradiquer les futures épidémies, mais seulement 7 000 étaient disponibles au moment de la déclaration.

Le vaccin contre Ebola stocké est fabriqué par Merck.