Skip to content

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a nié de nouvelles allégations de refoulements illégaux de demandeurs d’asile en mer et a accusé la Turquie de colporter de « fausses informations » sur la gestion « dure mais juste » des frontières de son pays.

« S’il y a un incident à explorer, s’il y a une exagération à un moment donné, je vais être le premier à l’examiner », a déclaré Mitsotakis à CNN mercredi soir.

« La Grèce est un pays qui respecte l’état de droit, nous avons accordé l’asile à des dizaines de milliers de personnes », a déclaré le Premier ministre.

Le 14 août, le New York Times a déclaré que la Grèce «abandonnait» les migrants en mer pour que les garde-côtes turcs les sauvent.

Il a déclaré avoir interrogé des survivants de cinq de ces épisodes et cité des preuves supplémentaires de chiens de garde indépendants, de deux chercheurs universitaires et des garde-côtes turcs.

Sur la base de ses recherches, le Times a déclaré que plus de 1 000 demandeurs d’asile avaient été «largués en mer» depuis mars.

Mitsotakis a déclaré que les rapports « provenaient essentiellement de Turquie ».

« Certains de ces journalistes qui font ce type de journalisme exploratoire devraient être plus prudents en vérifiant leurs sources », a-t-il déclaré.

«Ces types de rapports sont également une insulte à nos garde-côtes (qui) ont sauvé littéralement des dizaines de milliers de réfugiés et de migrants en mer, et nos îles ont toujours fourni un abri à ceux qui en avaient le plus besoin», a déclaré Mitsotakis.