La Grèce ne risque pas une tranche de la banque centrale alors que les réformes se poursuivent

0 89

La Grèce risque de ne pas recevoir de nouveaux financements dans les mois à venir car plusieurs réformes promises seront toujours en concurrence.

La Grèce a mis fin à son troisième programme de sauvetage en août. Depuis lors, les créanciers européens ont publié en novembre un premier rapport après le programme, selon lequel il y avait eu "des retards dans les seize engagements de réforme spécifiques dus à la fin de 2018".

Ces retards comprenaient les arriérés, la privatisation et la mise en place du système de soins de santé primaires. Celles-ci doivent être terminées à la fin du mois de février. Ensuite, les équipes techniques européennes doivent publier un deuxième rapport après le programme.

Ce deuxième rapport sera crucial pour les ministres des Finances de la zone euro, qui devront décider lors d'une réunion en mars d'approuver une tranche de 750 millions d'euros pour la Grèce. L'argent que recevra la Grèce provient des bénéfices réalisés par la Banque centrale européenne pour l'achat de sa dette souveraine. Les 750 millions d’euros sont la première des deux tranches égales qu’Athènes pourrait recevoir entre 2018 et 2022.

"En mars, il y aura un Eurogroupe (le groupe des ministres des Finances de la zone euro), qu'ils reçoivent ou non la première tranche des bénéfices de la banque centrale. "Cela ne peut pas arriver en mars", a déclaré le même responsable à CNBC.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré à CNBC que des équipes techniques se trouvaient à Athènes du 21 au 25 janvier. Après avoir adopté son budget pour 2019, le gouvernement a généralement évalué la situation fiscale.