Actualité people et divertissement | News 24

« La Graine de la Figue Sacrée » remporte le Prix Fipresci à Cannes

« La Graine de la figue sacrée » de Mohammad Rasoulof a remporté le prix Fipresci à Cannes.

Le jury de la Fédération internationale des critiques de cinéma l’a qualifié de « récit courageux se déroulant dans l’Iran d’aujourd’hui, qui traite du conflit entre tradition et progrès, dépeint de manière très puissante et imaginative ».

Après une projection enthousiaste et une ovation record de 12 minutes en 2024, le film est devenu favori pour la Palme d’Or, a rapporté Variété.

« La seule raison pour laquelle j’ai quitté l’Iran – et c’est ce qui m’a poussé à prendre cette décision – était de continuer à raconter l’histoire de mon pays. C’était vraiment ma seule motivation.

« Je dois continuer à raconter des histoires, à créer des histoires. Cependant, cela ne signifie pas que j’ai abandonné les récits de l’Iran. L’Iran est toujours en moi et je peux continuer à raconter des histoires iraniennes et à les transmettre au reste du monde », a déclaré Rasoulof. Variété Nick Vivarelli il y a deux jours.

Actuellement à Cannes, il a fui l’Iran après avoir été condamné à huit ans de prison pour avoir réalisé un film critiquant le régime.

L’histoire de Souleymane
Avec l’aimable autorisation du Festival de Cannes

Mardi, des cinéastes tels que Sandra Hüller, la star de « Holy Spider » Zar Amir Ebrahimi, Andrew Haigh, Agnieszka Holland, Laura Poitras et Sean Baker ont publié une lettre ouverte signée condamnant « le traitement inhumain de Rasoulof et de nombreux autres artistes indépendants en Iran, qui sont sévèrement punis, criminalisés et réduits au silence pour avoir exercé leur liberté artistique.

« L’Histoire de Souleymane » – qui a entre-temps également remporté le Prix du Jury à Un Certain Regard – a également été récompensée.

« Une fiction serrée aux allures documentaires, une course contre la montre qui révèle l’extrême densité d’une journée dans la capitale française des migrants », ont déclaré les jurés à propos du film de Boris Lojkine.

Le Prix Fipresci du premier ou du deuxième long métrage des sections parallèles Quinzaine des Réalisateurs et Semaine de la Critique a été attribué à « Désert de Namibie » de Yôko Yamanaka.

Le jury Fipresci a souligné son « exploration intrépide des nuances contemporaines de la neurodivergence, capturée à travers des images qui sondent sans cesse la distance entre ses personnages centraux alors qu’ils naviguent dans les espaces de 21 ».St siècle au Japon. »

Désert de Namibie
Avec l’aimable autorisation du Festival de Cannes

« Il a fallu attendre le dernier jour pour qu’un film en compétition ébranle littéralement Cannes, et je ne parle pas de l’absurdité de compter les minutes d’applaudissements après la projection, comme si c’était une mesure de la qualité des séances avec les cinéastes sont présents », a déclaré le président du jury, Marcelo Janot, à propos de la victoire de Rasoulof.

« On peut énumérer de nombreuses raisons pour lesquelles la simple présence du film en compétition est historique en soi. Rasoulof a réussi à fuir le pays le mois dernier de manière épique, traversant à pied la frontière montagneuse et s’exilant en Allemagne. Et nous retrouvons ici un élément que le cinéma iranien contemporain gère si bien : un épisode de mystère déclenche une série de conflits qui révéleront un réseau de mensonges, de paranoïa, d’hypocrisie, de préjugés et tout ce qui convient pour décrire l’effet psychologique de la vie. dans une telle société. Ceci est décrit d’une manière très puissante et imaginative.

Source link