La génération éveillée ne sait rien du monde

SAMANTHA PRICE, présidente de l’Association des écoles de filles, nous a exhortés à cesser d’appeler les jeunes « éveillés ».

Ce qui, en l’occurrence, est un geste de réveil classique. Je n’ai pas besoin qu’on me dise quels mots utiliser, et vous non plus.

Samantha Price, présidente de la Girls’ Schools Association, nous a exhortés à cesser d’appeler les jeunes « réveillés »Crédit : PA

J’ai quitté l’école il y a trois décennies et je n’ai pas l’intention d’être sermonnée par qui que ce soit sur ma langue, encore moins par la présidente de l’Association des écoles de filles.

Mais l’argument de Price, avancé lors d’une conférence hier, est qu’appeler les jeunes « éveillés » risque de rejeter les choses auxquelles ils croient.

Selon Mme Price, les jeunes sont « vraiment préoccupés par le racisme, le sexisme et le changement climatique ».

Eh bien, je suis désolé d’avoir à utiliser le mot, mais ce sont des boules les plus pures.

Les jeunes ne sortent pas de l’utérus naturellement préoccupés par de telles questions.

Ils apprennent à s’inquiéter des problèmes dont on leur dit de s’inquiéter.

Ils s’inquiètent des choses dont on leur a appris à s’inquiéter.

Si les jeunes sont particulièrement préoccupés par le changement climatique et s’exaspèrent à ce sujet, ce n’est pas parce qu’ils ont lu les textes pertinents et sont arrivés à leurs propres conclusions.

C’est parce qu’un groupe de personnes plus âgées qu’eux a décidé de faire une génération de militants du climat qui, au lieu de considérer le climat comme un défi, le considèrent comme la fin du monde.

On leur dit que le membre le plus admirable de leur génération – pratiquement un saint des temps modernes – est l’école buissonnière Greta Thunberg.

Quelqu’un qui a depuis longtemps cessé de s’instruire afin de mener des manifestations contre le changement climatique.

Les résultats sont évidents.

Un sondage réalisé en septembre a montré que 45 pour cent des jeunes disent que le changement climatique affecte leur vie quotidienne.

Les trois quarts ont déclaré qu’ils pensaient que l’avenir était effrayant.

Et 56 % pensent que l’humanité est vouée à l’échec !

Ainsi, plus de la moitié des jeunes sont tombés amoureux d’une secte apocalyptique qui les terrifie au quotidien.

Cela semble-t-il positif ou progressif ?

Non, il semble que certains adultes hautement irresponsables aient terrifié les jeunes dans cette situation.

C’est la même chose avec d’autres choses que Price cite.

Avec le racisme et le sexisme, par exemple.

LES ATTITUDES SONT ENSEIGNÉES

Nos écoles et certains médias injectent un flux constant de négativité dans l’esprit des jeunes.

Ils prétendent que nous vivons dans des sociétés « systématiquement racistes » où les minorités ethniques sont des citoyens de seconde zone.

Ils rabâchent des points de vue qui ont été rendus inacceptables il y a des décennies.

Ils sont obsédés par des choses telles que l’empire et l’esclavage, que ce pays s’est battu pour abolir il y a plus de deux siècles.

Pourtant, les stars du sport, de la pop et d’autres célébrités parlent toutes comme si les maux de l’esclavage ou les pires aspects de l’empire étaient toujours avec nous.

Ce ne sont pas des attitudes que les jeunes découvrent.

Ce sont des attitudes qu’on leur enseigne. Par nos diffuseurs nationaux. Par les histoires que certains médias diffusent. Par les points de vue que leurs enseignants majoritairement de gauche leur transmettent

Parlez à presque tous les jeunes endoctrinés par la secte éveillée et on vous dira que le racisme, la transphobie et toutes sortes d’inégalités sont partout.

Oh, et si vous n’êtes pas d’accord, ils vous traitent de « boomer », de dinosaure et essaient de vous annuler avec des piles de Twitter, allant même jusqu’à chez vous pour diriger le plus fou des fous de fourches vers votre porte d’entrée.

J’ai raison, ils crient sur les réseaux sociaux, « ne me @ pas ».

Mais ce n’est peut-être pas étonnant que les jeunes soient anxieux et impuissants.

Ils ont déjà la terrible influence négative d’Instagram, de TikTok et d’autres sites de médias sociaux.

MALTRAITANCE MASSIVE DES ENFANTS

Ceux-ci persuadent les jeunes que la vie de tous leurs pairs est incroyablement glamour.

Le dur labeur ennuyeux et le train-train nécessaire de la vie n’ont pas rendu les géants des médias sociaux riches.

Cette génération se compare donc déjà aux attentes irréalistes de ses pairs.

Et maintenant, ils ont des obsessions folles d’adultes de gauche qui leur sont imposées au nom de l’éducation.

Dans un récent rapport de l’Université de Bath, l’auteur principal a déclaré que les jeunes se sentent abandonnés et trahis par le gouvernement.

« Les gouvernements doivent écouter la science et ne pas pathologiser les jeunes qui se sentent anxieux », a déclaré Caroline Hickman.

Tout à fait conforme à Mme Price, elle a déclaré: « Quatre sur dix hésitent à avoir des enfants. »

L’une des raisons qu’elle a invoquées était les récents incendies de forêt au Portugal. Ces choses se déroulent « devant leurs propres yeux ».

Eh bien, ce n’est pas autodidacte. Ce n’est même pas de l’endoctrinement.

Il s’agit d’abus d’enfants à grande échelle et nous devons le dénoncer.

Notre espèce a toujours eu des défis.

Nous avons eu des défis au cours de chaque siècle avant cela, bien plus difficiles et plus dangereux que tout ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui.

Nous avons survécu aux guerres mondiales, aux pogroms, aux épidémies, aux guerres qui ont duré des siècles, aux famines et aux maladies que nous avons maintenant éradiquées.

Nous trouverons également notre chemin pour sortir de nos défis actuels.

Mais en attendant, oui, il faut penser aux enfants.

Mais pas en leur concédant, ou en les flattant, mais en les corrigeant.

C’est l’un des travaux que les adultes sont censés faire.

On pourrait même dire que c’est le prix à payer pour être adulte.

Parlez à presque tous les jeunes endoctrinés par la secte éveillée et on vous dira que le racisme, la transphobie et toutes sortes d'inégalités sont partout

Parlez à presque tous les jeunes endoctrinés par la secte éveillée et on vous dira que le racisme, la transphobie et toutes sortes d’inégalités sont partoutCrédit : Getty
Gavin Williamson fustige les étudiants d’Oxford qui ont voté pour retirer la photo de Queen de la salle commune car elle « représente le colonialisme »

Nous payons pour vos histoires !

Avez-vous une histoire pour le bureau des nouvelles du Sun ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *