La fureur alors que le SNL plaisante sur Israël vaccinant la «  moitié juive  » de la population est trop proche de l’appeler «  État d’apartheid  »

L’émission humoristique Saturday Night Live (SNL) a été accusée de colporter des tropes antisémites haineux après avoir plaisanté sur le fait que la moitié de la population israélienne déjà vaccinée contre Covid-19 devait être juive.

La punchline a été livrée par Michael Che dans le segment Weekly Update de l’émission, ne représentant que quelques secondes au milieu de nombreux dunks sur Ted Cruz prenant des vacances au Mexique au milieu de la crise électrique au Texas. Les critiques disent que la blague était «Attiser la haine contre les Juifs en perpétuant des diffamations.»

Pris à la lettre, les paroles du Che sont totalement fausses, bien sûr. Israël veut que ses résidents non juifs soient vaccinés tout autant que les juifs, bien qu’il y ait effectivement eu une certaine disproportion dans le taux de vaccination.

À la mi-janvier, par exemple, les vaccins avaient atteint 75% des citoyens juifs âgés de plus de 60 ans, mais seulement 43% des Arabes de la même catégorie d’âge, selon le Christian Science Monitor. Parmi la population bédouine, la métrique était aussi bas que 20 pour cent.

La différence s’explique en partie par un accès inégal aux soins de santé – on peut voir pourquoi un nomade bédouin errant dans le désert du Néguev pourrait avoir du mal à se rendre à l’hôpital pour se faire vacciner. Mais les progrès étaient là, et deux semaines plus tard, près de 60% des Arabes israéliens âgés avaient reçu au moins une dose de vaccin.

Aussi sur rt.com

Des milliers d’Israéliens retournent à une vie normale avec un faux «  laissez-passer vert  » alors que les refus de vaccins sont autrement interdits de lieux

L’hésitation à l’égard des vaccins, qui est relativement plus répandue parmi les Arabes israéliens (et parmi les juifs orthodoxes également), a également joué son rôle. La résistance parmi les sceptiques devient un facteur de plus en plus important qui ralentit le programme de vaccination de premier plan mondial d’Israël. Les Arabes représentent environ un cinquième de la population d’Israël.

Mais la blague ne concernait pas les citoyens arabes en Israël, ont souligné de nombreux défenseurs de la blague. Il s’agit du refus d’Israël de couvrir les personnes vivant en Cisjordanie et à Gaza, une politique que l’ONU qualifie de violation des obligations d’Israël en vertu des règles internationales de la guerre.

Les gens là-bas ne sont certainement pas citoyens d’Israël, mais de nombreux aspects de leur vie dépendent des actions du gouvernement israélien. Le HCDH, l’organisme des Nations Unies chargé des droits de l’homme, a critiqué en janvier Israël pour avoir gardé les Palestiniens dans les territoires occupés non vaccinés contre Covid-19, contrairement à son devoir de puissance occupante en vertu des Conventions de Genève. Israël nie tout à fait être une telle puissance, mais fin janvier a accepté de livrer 5 000 doses à l’Autorité palestinienne, afin qu’elle puisse vacciner les médecins de première ligne.

Aussi sur rt.com

PHOTO DE FICHIER. Un travailleur médical palestinien recueille un échantillon sur écouvillon d'un homme pour être testé pour Covid-19. © REUTERS / Ibraheem Abu Mustafa
Israël enverra 5000 doses de vaccin Covid-19 aux Palestiniens, renversant son refus très critiqué

Le premier envoi de 2 000 doses du vaccin Moderna a été envoyé quelques jours plus tard, mais les 3 000 autres sont toujours en route. Israël a également suspendu la livraison de 5 000 doses du vaccin russe Spoutnik V pendant des semaines, après leur don à l’Autorité palestinienne le mois dernier. Cela n’a permis à certains d’entre eux que la semaine dernière. Gaza, qui est contrôlée par le mouvement militant Hamas, ne devrait pas recevoir de vaccins de sitôt, Israël la maintenant sous blocus.

Les critiques, y compris ceux basés en Israël, y voient un autre exemple de politique d’apartheid que le gouvernement israélien déploie contre les Palestiniens. Les partisans d’Israël pensent que l’utilisation de ce mot pour décrire Israël est intrinsèquement antisémite et fait partie d’un stratagème visant à refuser à l’Etat juif le droit d’exister.

Aussi sur rt.com

© Reuters / Kamil Krzaczynski
Israël a compris comment utiliser 120000 doses de Moderna dont il n’a pas besoin … vacciner les Palestiniens avec des permis de travail

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!