Skip to content
La France va redoubler d'efforts pour créer un régulateur européen des technologies après le crachat du droit d'auteur

FILE PHOTO: Un kiosque de Google est vu lors de la conférence et exposition China Digital Entertainment (ChinaJoy) à Shanghai, en Chine, le 2 août 2019. REUTERS / Stringer

PARIS (Reuters) – La France plaide pour la création d'un régulateur européen de plateformes numériques telles que Google, afin de sanctionner les éventuels abus de pouvoir, a déclaré mardi un responsable de la présidence française, citant un différend portant sur la loi européenne sur le droit d'auteur.

Le mois dernier, Google a annoncé qu'il cesserait de diffuser des extraits de presse d'éditeurs européens dans les résultats de recherche de ses utilisateurs français afin de se conformer à la nouvelle loi européenne sur le droit d'auteur, suscitant la colère de Paris.

"Une grande entreprise américaine, Google notamment, a annoncé qu'elle ne respecterait pas la directive de l'UE sur le droit d'auteur", a déclaré le responsable aux journalistes. "La France et l'Allemagne partagent le point de vue … nous devons mettre fin à ce comportement illégal."

La France a déclaré qu'elle inciterait la nouvelle Commission européenne à créer un statut spécial pour les plateformes numériques, inspiré de celui du secteur bancaire, dans lequel de grandes entreprises comme Google seraient considérées comme "systémiques" et réglementées en tant que telles.

Le responsable de la réglementation pourrait imposer des sanctions et des amendes aux entreprises, a ajouté le responsable français, donnant plus de poids à une proposition faite par le président Emmanuel Macron cette année.

"A court terme, nous voudrions que la Commission européenne … examine si une action en justice (contre Google) est possible", a déclaré un responsable français, ajoutant que la France et l'Allemagne discuteraient de la question lors d'une réunion à Toulouse , France le mercredi.

Rapport par Michel Rose, édité par Ed Osmond

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *