La France rappelle ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie pour protester contre l’accord sur les sous-marins

Le président français Emmanuel Macron assiste à une conférence de presse avec le Premier ministre letton (invisible) après leur rencontre le 30 septembre 2020 à Riga, en Lettonie, lors de la visite officielle de Macron en Lettonie et dans la région balte.

GINTS IVUSKANS | AFP via Getty Images

WASHINGTON – La France, toujours folle de l’accord sur les sous-marins que l’Australie a conclu avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, a rappelé ses ambassadeurs des Etats-Unis et d’Australie.

Le ministre français des Affaires étrangères a déclaré vendredi que le pays avait immédiatement rappelé les ambassadeurs pour protester contre un accord de sécurité trilatéral comprenant des sous-marins nucléaires pour l’Australie.

« A la demande du président de la République, j’ai décidé de rappeler immédiatement nos deux ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie à Paris pour des consultations », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans un communiqué.

« Cette décision exceptionnelle se justifie par la gravité exceptionnelle des annonces faites le 15 septembre par l’Australie et les Etats-Unis. »

Mercredi, le président Joe Biden a aidé à dévoiler la formation d’un nouveau partenariat entre les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni.

Les Premiers ministres australien Scott Morrison et Boris Johnson du Royaume-Uni ont rejoint Biden virtuellement pour l’annonce du partenariat. Les dirigeants ont déclaré que le partenariat de sécurité chercherait à renforcer la stabilité dans la région indo-pacifique alors que la Chine étend sa puissance et son influence militaires.

L’accord met également, en partie, fin à un contrat de sous-marin de longue date entre la France et l’Australie et le remplace par un accord entre les États-Unis et le Royaume-Uni.

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont convenu mercredi d’aider Canberra à acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire, ce qui permettra à la marine australienne d’aider à contrer les navires à propulsion nucléaire chinois dans la région.

« C’était un coup de poignard dans le dos. Nous avions établi une relation de confiance avec l’Australie. Cette confiance a été trahie », a déclaré jeudi matin le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à Franceinfo.

Le dernier développement de Paris ajoute aux retombées.

Jeudi, des responsables français à Washington ont annulé un gala dans leur vaste complexe.

Un responsable français a confirmé que l’événement, qui devait commémorer le 240e anniversaire de la bataille des Caps, n’aura plus lieu vendredi soir à l’ambassade de Washington.

« D’autres parties de la célébration sont toujours en cours », y compris une cérémonie de dépôt de couronnes à Annapolis, Maryland, a déclaré le responsable. Deux autres événements impliquant un destroyer français à Baltimore et un sous-marin français dans le port de Norfolk n’ont pas été annulés.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré jeudi aux journalistes que lui et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin avaient parlé à leurs homologues français du nouveau pacte de sécurité avant son dévoilement.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré qu’Austin s’était à nouveau entretenu avec son homologue français vendredi matin.

« Je ne caractériserai pas la partie française bien sûr, mais il ressort clairement de la discussion qu’il reste encore beaucoup de travail à faire en termes de relations de défense avec la France », a déclaré Kirby, ajoutant que les deux avaient discuté des défis et des intérêts communs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *