Dernières Nouvelles | News 24

La France nie avoir entraîné des troupes en Ukraine — RT World News

Le Premier ministre Gabriel Attal a souligné que l’option d’envoyer des instructeurs dans ce pays déchiré par la guerre n’était « pas taboue ».

La France n’a jamais entraîné de troupes sur le territoire même de l’Ukraine mais n’a pas exclu la possibilité d’envoyer des instructeurs militaires dans le pays, a déclaré jeudi le Premier ministre Gabriel Attal. Il a ajouté que de tels projets étaient à l’étude depuis février.

Les commentaires d’Attal font suite aux suggestions répétées du président Emmanuel Macron selon lesquelles Paris ne peut pas exclure la possibilité de déployer ses troupes sur le champ de bataille en Ukraine pour soutenir le gouvernement de Kiev dans sa lutte contre la Russie.

Plusieurs grands médias ont également récemment fait état du projet français d’envoyer ses instructeurs pour former les forces de Kiev en Ukraine. Macron a refusé de commenter « Des décisions qui restent à prendre » mais n’a pas démenti les rumeurs.

Dans une interview accordée à France 2 à la veille des prochaines élections européennes, Attal a souligné que la France avait déjà formé quelque 10 000 soldats ukrainiens tant en France que sur le territoire de certains de ses voisins.

À l’heure actuelle, le gouvernement français n’a pas « projet » d’envoyer ses soldats en Ukraine, a affirmé Attal. Il a toutefois noté que la question de l’envoi d’instructeurs français dans le pays était « pas tabou » et ce n’est plus le cas depuis février, lorsque le président français Emmanuel Macron a invité les dirigeants du monde à Paris pour discuter du soutien à l’Ukraine et mettre la question à l’ordre du jour. « à l’ordre du jour. »

La semaine dernière, le législateur ukrainien Aleksey Goncharenko a affirmé que le premier groupe d’instructeurs militaires français était déjà en route vers le pays, tandis que le commandant en chef de Kiev, Alexandre Syrsky, a déclaré qu’il avait rempli les documents autorisant les instructeurs français à visiter les installations de formation ukrainiennes.





Le Premier ministre estonien Kaja Kallas a également déclaré le mois dernier que certains pays « former des soldats sur le terrain » en Ukraine, mais n’a précisé aucune nation ni fourni de détails sur les opérations présumées des forces en visite.

Moscou, à son tour, a averti que tout militaire étranger présent dans le pays serait considéré comme une cible légitime des frappes russes, quel que soit son pays d’origine et qu’il s’agisse de soldats ou d’instructeurs.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré qu’il y avait « de nombreux faits » indiquant que des instructeurs français travaillent déjà en Ukraine et prévenant que ces agents représentent un « cible tout à fait légitime » pour les forces armées russes.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a également noté mardi que « les instructeurs impliqués dans la formation des militaires du régime ukrainien ne bénéficient d’aucune immunité » et que c’est « peu importe qu’ils soient français ou non. »

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source