La France menace d’utiliser l’approvisionnement énergétique pour « faire pression » sur le Royaume-Uni pour qu’il se conforme à l’accord sur le Brexit

Le gouvernement français a menacé d’utiliser l’approvisionnement énergétique comme moyen de « faire pression » sur la Grande-Bretagne pour qu’elle se conforme à l’accord sur le Brexit.

S’exprimant mardi matin, le ministre de l’Europe du pays, Clément Beaune, a déclaré à la radio Europe 1 que la France était exaspérée par les restrictions imposées aux flottes de pêche françaises.

« Assez déjà, nous avons un accord négocié par la France, par Michel Barnier, et il devrait être appliqué à 100 %. Ce n’est pas le cas », a déclaré M. Beaune.

« Dans les prochains jours, et j’en ai parlé hier à mes homologues européens à ce sujet, nous prendrons des mesures au niveau européen ou national, pour faire pression sur le Royaume-Uni. »

Il a déclaré: « Nous défendons nos intérêts. Nous le faisons gentiment et avec diplomatie, mais quand cela ne fonctionne pas, nous prenons des mesures. »

Le ministre n’a pas précisé exactement quelles mesures pourraient être prises, mais a ajouté: « Par exemple, nous pouvons imaginer, puisque nous parlons d’énergie, … le Royaume-Uni dépend de nos approvisionnements énergétiques. Il pense qu’il peut vivre tout seul, et frappez l’Europe. »

Selon les dernières statistiques du gouvernement britannique, la France a exporté 8 700 gigawattheures nets d’énergie vers la Grande-Bretagne en 2020.

L’avertissement de la France intervient alors que la Grande-Bretagne s’apprête à entrer dans ce que les ministres ont appelé un « hiver difficile » – avec une flambée des prix de l’énergie et des pénuries de certains produits, dont le carburant.

Mais toute action sur l’énergie peut entraîner des problèmes pratiques pour la France, étant donné que la Grande-Bretagne est également un point de transit pour l’électricité exportée vers d’autres pays comme l’Irlande.

L’avertissement du ministre français a été déclenché par une dispute sur l’accès des flottes de pêche françaises aux eaux territoriales autour de Jersey, une dépendance de la Couronne britannique.

Une grande partie, environ un tiers, des bateaux français demandant des permis de pêche autour de Jersey ont été refusés.

Jersey indique que les 75 bateaux français rejetés n’ont pas obtenu de licence car « ils ne répondent pas aux critères et n’ont pas pêché dans les eaux de Jersey pendant la période considérée ou n’ont pas été en mesure de prouver leur activité ».

Le gouvernement de l’île a déclaré que les navires étaient « prévenus 30 jours à l’avance de la fin des dispositions transitoires, après quoi ils ne pourront plus accéder aux eaux de Jersey ».

D’autres suivent…

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.