Skip to content

Après la mise en œuvre du Brexit, l’UE et le Royaume-Uni peuvent parvenir à un accord sur de futures relations commerciales à condition que la Grande-Bretagne respecte scrupuleusement les normes européennes en matière de travail et d’environnement, selon le ministre français du Commerce. Jean-Baptiste Lemoyne.

Les deux parties ont besoin d’une relation «très étroite» pour l’avenir et il est peu probable que le résultat des négociations «ressemble à tout autre accord bilatéral ou accord commercial», compte tenu de la proximité géographique et des liens historiques entre la Grande-Bretagne et l’Europe continentale. Lemoyne souligné que le succès de la relation future nécessitera un esprit de "fair-play", ajoutant que "nous avons un intérêt mutuel à préserver ce flux de marchandises et à éviter le dumping".

Le Royaume-Uni devrait quitter l'Union européenne le 31 janvier. La période de transition post-Brexit devrait expirer fin 2020. Si les deux parties ne parviennent pas à un accord à temps, des tarifs et des restrictions seraient appliqués. . Dans ce contexte, les deux parties ont convenu qu'elles souhaitaient que les négociations commencent peu après que le Brexit soit devenu officiel afin de parvenir à un accord sur de futures relations commerciales prévoyant un accès aux marchandises en franchise de droits et sans contingent, ainsi qu'un accès aux marchés pour les services qui: serait similaire aux accords récents que Bruxelles a conclus avec le Japon et le Canada.

L’insistance de Bruxelles pour que le Royaume-Uni respecte scrupuleusement les réglementations de l’UE en matière d’environnement, les lois du marché du travail et les politiques en matière d’aides publiques devrait poser problème. L'UE ne risque pas de voir la Grande-Bretagne assouplir ses propres réglementations de manière à la rendre plus compétitive sur le marché européen.

Lemoyne a ajouté que si le Royaume-Uni n'incluait pas les garanties du marché dans l'accord, il serait extrêmement difficile pour l'UE de ratifier un accord. «Les parlements nationaux ont montré qu’ils demandaient de plus en plus d’accords commerciaux, en particulier dans le domaine des droits sociaux et de l’environnement», a déclaré M. Lemoyne.

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *