La France annule sa rencontre avec le Royaume-Uni suite à la lettre de Boris Johnson à Macron

La France a annulé une réunion cruciale sur la crise des migrants prévue entre la ministre de l’Intérieur Priti Patel et son homologue français pour protester contre les demandes publiques du Royaume-Uni.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annulé sa réunion de dimanche avec Mme Patel, son ministère déclarant qu’elle n’était « plus invitée » à des discussions impliquant ses homologues européens.

Le ministère a qualifié la lettre publique de Boris Johnson au président français Emmanuel Macron – dans laquelle il appelait à des patrouilles conjointes pour empêcher davantage de bateaux de quitter les plages françaises – d' »inacceptable ».

Le communiqué du ministre a déclaré: « Nous considérons la lettre publique du Premier ministre britannique inacceptable et contraire à nos discussions entre homologues. »

Il a ajouté: « Par conséquent, Priti Patel n’est plus invité dimanche à la réunion interministérielle dont le format sera: France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne et Commission européenne. »

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat du ministère de l’Intérieur, mais le secrétaire aux Transports Grant Shapps a déclaré qu’il espérait que French reconsidérerait les pourparlers, ajoutant: « La seule façon de résoudre ce problème est de travailler ensemble. »

La décision a souligné les mauvaises relations entre les deux pays et les désaccords persistants sur la façon de travailler ensemble pour arrêter les traversées en bateau dangereuses, après que 27 personnes se soient noyées en tentant d’atteindre les côtes britanniques mercredi.

Le Premier ministre a exposé jeudi ses propositions dans une lettre, déclarant au président français que « nous devons aller plus loin et plus vite, ensemble » pour faire face à la crise des migrants.

M. Johnson a déclaré que le Royaume-Uni souhaitait que des patrouilles conjointes empêchent davantage de bateaux de quitter les plages françaises; patrouilles maritimes conjointes ou réciproques dans les eaux territoriales de chacun, et surveillance aéroportée par des vols habités et des drones.

Le Premier ministre a également suggéré qu’il pourrait y avoir des travaux immédiats sur un accord de retour bilatéral avec la France, pour permettre aux migrants d’être renvoyés de l’autre côté de la Manche, parallèlement à des pourparlers pour établir un accord de retour entre le Royaume-Uni et l’UE.

Mais le ministre français de l’Intérieur a accusé la Grande-Bretagne de « mauvaise gestion de l’immigration », et la France a critiqué les mesures du gouvernement britannique visant à repousser les bateaux dans la Manche.

Mme Patel a confirmé jeudi qu’elle avait autorisé les agents des forces frontalières à utiliser des tactiques de « refoulement » pour repousser les bateaux vers la France, et continuait d’explorer l’idée de « délocaliser » le traitement des demandes d’asile.

Lors d’un appel téléphonique avec M. Darmanin, Mme Patel a également proposé à des policiers britanniques en civil ou à des agents des frontières de participer à des patrouilles conjointes autour des plages utilisées par les trafiquants d’êtres humains pour lancer des bateaux surpeuplés.

Opérant sans mandat, ces officiers seraient en mesure d’aider à la surveillance et au traçage, mais n’auraient aucun pouvoir d’arrestation, afin de contourner les objections de Paris pour des raisons de souveraineté.

Dix-sept hommes, sept femmes et trois adolescents sont morts lorsqu’un canot a dégonflé dans la Manche, l’un des nombreux voyages risqués tentés dans de petits bateaux surchargés par des personnes fuyant la pauvreté et la guerre.

Cela survient alors que les pêcheurs français se préparent à bloquer le tunnel sous la Manche et les principaux ports vendredi pour protester contre les droits de pêche post-Brexit.

Le comité national des pêcheurs a annoncé qu’il organiserait des manifestations dans le tunnel et les ports de la Manche de Calais, Saint-Malo et Ouistreham.

Dans un communiqué, il a déclaré que l’action – qui se déroulera sur quelques heures aujourd’hui – se voulait « symbolique et non violente », mais toute protestation pourrait avoir un impact majeur sur le commerce transmanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *