Dernières Nouvelles | News 24

La France accuse l’ex-république soviétique des troubles dans le Pacifique Sud — RT World News

Le parlement azerbaïdjanais a reconnu le droit de la Nouvelle-Calédonie à l’autodétermination, suscitant des accusations de promotion du séparatisme

L’Azerbaïdjan a joué un rôle dans les manifestations contre la réforme constitutionnelle dans le territoire français d’outre-mer de Nouvelle-Calédonie, a affirmé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Des violences ont éclaté en début de semaine dans le territoire français du Pacifique, l’une des rares zones encore sous le contrôle de Paris à l’ère postcoloniale, faisant au moins cinq morts, dont deux policiers.

Les protestations ont été déclenchées par une proposition des législateurs parisiens visant à accorder aux résidents français vivant en Nouvelle-Calédonie depuis dix ans le droit de vote dans la province. Cette initiative a fait craindre une dilution des voix du peuple autochtone kanak, qui représente 40 % de la population de l’archipel.

Lorsqu’on lui a demandé jeudi s’il pensait que l’Azerbaïdjan, la Chine ou la Russie s’immisçaient dans les affaires de la Nouvelle-Calédonie, Darmanin a pointé du doigt Bakou. « Ce n’est pas un fantasme, c’est une réalité » a déclaré le ministre, ajoutant que « Certains séparatistes calédoniens ont conclu un accord avec l’Azerbaïdjan. »

La république post-soviétique est située à environ 14 000 km de la Nouvelle-Calédonie.





Cependant, le mois dernier, le parlement azerbaïdjanais et le congrès de Nouvelle-Calédonie ont signé un mémorandum de coopération dans lequel Bakou reconnaît le droit de la population locale à l’autodétermination. Suite à cette décision, Darmanin a accusé l’Azerbaïdjan de soutenir le séparatisme sur son territoire et a suggéré que Bakou utilisait les tensions dans la région pour répondre aux demandes de la France. « défense des Arméniens » qui, selon lui, étaient « massacré » par les Azerbaïdjanais.

Bakou a nié avec véhémence les allégations de promotion du séparatisme en Nouvelle-Calédonie, affirmant que toutes les insinuations concernant l’ingérence azerbaïdjanaise sont sans fondement.

En avril, le porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Aykhan Hajizada, a rejeté les allégations de nettoyage ethnique parmi les Arméniens, déclarant à Darmanin qu’il « il ne faut pas oublier que dans le cadre de la politique coloniale… [France] a commis des crimes contre l’humanité à l’égard des populations locales et assassiné brutalement des millions de personnes innocentes.

Les relations entre la France et l’Azerbaïdjan sont au plus mal depuis l’importante opération militaire menée par Bakou dans la région turbulente du Karabakh à l’automne 2023, condamnée par Paris. Bakou a réussi à reprendre le contrôle de la région à prédominance arménienne, qui s’est séparée de l’Azerbaïdjan à la fin de l’Union soviétique, déclenchant un exode massif de réfugiés de la région.

Lien source