La France accuse le Royaume-Uni d' »esclavage quasi-moderne » alors que de nouvelles propositions sur la crise de la Manche sont avancées

Un haut ministre français a accusé le Royaume-Uni d’un modèle économique d' »esclavage quasi-moderne » au milieu de la querelle en cours sur les traversées de petits bateaux dans la Manche.

Le ministre français de l’Europe, Clément Beaune, a appelé le gouvernement de Boris Johnson à « changer la législation » et à réprimer le fait que les migrants puissent travailler en Grande-Bretagne sans formalités légales.

« Il y a, disons-le, un modèle économique de… quasi-esclavage moderne, ou du moins de travail illégal qui est très fort », a-t-il déclaré à BFMTV.

M. Beaune a affirmé que les migrants effectuaient la traversée dangereuse « parce qu’il est possible de travailler sans carte d’identité en Angleterre » et « parce qu’il n’y a pas de voie légale pour que les immigrants se rendent au Royaume-Uni ».

Cela survient alors que le gouvernement d’Emmanuel Macron présente ses propres propositions pour faire face à la crise de la Manche, suggérant que les pourparlers avec le Royaume-Uni pourraient reprendre après plusieurs jours de tension.

Le ministre de l’Intérieur, Gerald Darmanin, a déclaré que le Premier ministre Jean Castex écrirait à M. Johnson mardi avec des propositions pour un « accord équilibré » entre le Royaume-Uni et l’UE.

M. Darmanin a déclaré que les discussions pourraient avoir lieu « très rapidement » si le gouvernement britannique était prêt à entamer des négociations dans « un esprit sérieux ».

M. Johnson a exaspéré M. Macron lorsqu’il a publié une lettre sur Twitter appelant à des patrouilles conjointes sur les plages françaises et au retour en France des migrants qui réussissent à effectuer la dangereuse traversée de la Manche.

Mais s’exprimant lors d’une conférence de presse lundi soir, M. Darmanin a déclaré que les deux pays pourraient toujours travailler ensemble pour faire face à un problème commun.

« A partir du moment où il n’y a plus de double langage, et que nous pouvons discuter dans un esprit sérieux, et que nos échanges privés correspondent à nos échanges publics, le gouvernement français est prêt à reprendre très rapidement les discussions avec la Grande-Bretagne », a-t-il déclaré.

M. Darmanin a déclaré que les propositions envoyées mardi au n ° 10 par M. Castex pourraient inclure des moyens d’ouvrir des voies légales vers le Royaume-Uni pour les demandeurs d’asile et de permettre aux mineurs non accompagnés de rejoindre des parents en Grande-Bretagne.

Downing Street continue d’insister sur le fait qu’un accord de retour – tel qu’énoncé par M. Johnson dans sa lettre – serait le « plus grand moyen de dissuasion » pour les migrants tentant de traverser la Manche.

M. Darmanin a clairement indiqué que la question du retour des réfugiés devrait être convenue avec l’UE. Il a déclaré qu’il y avait un accord potentiel à conclure pour que le Royaume-Uni renvoie certains migrants en échange de mineurs non accompagnés – mais uniquement sur une base «un pour un».

Le ministre français de l’Intérieur a également déclaré que la France ne pouvait pas accepter la pratique de refouler les bateaux en mer, ajoutant « C’est une ligne rouge pour le gouvernement français ».

Le Royaume-Uni n’est plus partie aux réglementations européennes dites de Dublin, qui autorisaient autrefois le gouvernement à demander à d’autres pays européens de reprendre des personnes s’il pouvait être prouvé qu’elles avaient traversé des pays européens sûrs pour se rendre au Royaume-Uni.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.