Skip to content
La fintech brésilienne Ebanx lance des portefeuilles numériques pour les consommateurs

PHOTO DE FICHIER: EBANX, un processeur de paiement d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale, s'affiche sur le sol de la salle d'exposition lors de la conférence Money 20/20 à Las Vegas, Nevada, États-Unis, le 24 octobre 2017. REUTERS / Steve Marcus

SAO PAULO (Reuters) – La startup de paiement Ebanx, l'une des dernières fintechs du Brésil à obtenir le statut de «licorne», a commencé mercredi à proposer ses portefeuilles numériques à 10 000 consommateurs à titre d'essai, élargissant son portefeuille de produits au-delà des services aux plateformes de commerce électronique.

Fondée en 2012, Ebanx s'est initialement concentrée sur le traitement des paiements des clients brésiliens de sites Web mondiaux tels que le service de vente au détail AliExpress d'Alibaba Group Holdings, le site de partage de maisons Airbnb et le service de streaming musical Spotify Technology. Plus récemment, elle a également commencé à proposer des services de traitement des paiements aux plateformes de commerce électronique brésiliennes.

Dans un premier temps, le compte Ebanx offrira une carte aux particuliers et offrira aux clients des remises égales à 5% de leurs achats ainsi que des fonctionnalités de paiement, rejoignant une vague d'applications défiant les banques traditionnelles du Brésil.

Le co-fondateur Wagner Ruiz a déclaré que la société pourrait éventuellement offrir des comptes d'épargne et d'autres services et potentiellement les étendre à davantage de pays d'Amérique latine. Outre le Brésil, Ebanx opère au Mexique, en Colombie, en Argentine, au Chili, au Pérou, en Équateur et en Bolivie.

"En 18 mois, je vois le portefeuille Ebanx atteindre 1 million de clients", a-t-il déclaré.

Plus de 100 entreprises brésiliennes proposent des comptes de portefeuille numériques, des produits qui ont attiré quelque 50 millions de clients jusqu'à présent.

Ebanx est devenue l'année dernière une soi-disant licorne, car des startups privées évaluées à 1 milliard de dollars ou plus sont connues, après un investissement de deuxième tour de la société d'investissement FTV Capital.

Reportage de Carolina Mandl; Montage par Cynthia Osterman

Nos normes:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *