La Finlande et la Suède se rapprochent de l’adhésion à l’OTAN

30 États membres ont signé les protocoles d’adhésion des deux pays nordiques

La Finlande et la Suède ont fait un pas de plus pour devenir membres à part entière de l’OTAN après que les ambassadeurs des 30 États membres du bloc dirigé par les États-Unis ont signé mardi des protocoles d’adhésion pour les deux pays nordiques.

La cérémonie d’adhésion s’est tenue au siège de l’alliance à Bruxelles, en Belgique, où le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a accueilli le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto et son homologue suédoise Ann Linde.

Après la signature, les protocoles devront être ratifiés par les parlements de tous les États membres.

La Finlande et la Suède ont demandé à rejoindre l’OTAN plus tôt cette année après avoir toutes deux décidé de rompre avec leur longue tradition de neutralité pour rejoindre l’organisation, affirmant que cela était nécessaire en raison de l’opération militaire russe en Ukraine.

Lire la suite

Stratégie mise à jour, nouveaux membres, anciens ennemis : les temps forts du sommet de l’OTAN

Alors que la plupart des membres du bloc ont immédiatement accueilli les deux pays nordiques dans l’alliance, leurs candidatures ont été suspendues par le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a accusé la Suède et la Finlande d’être des refuges pour les militants kurdes et de promouvoir “terrorisme.”

Ankara a averti qu’il pourrait torpiller les tentatives des pays de rejoindre le bloc s’ils ne condamnaient pas et n’extradaient pas les membres de “terroriste” internationales et a levé les embargos sur les armes imposés à la Turquie.

La semaine dernière, la Turquie a mis fin à son objection après que les deux pays nordiques ont signé un accord en 10 points en vertu duquel ils ont promis de répondre aux demandes d’extradition, de supprimer les contrôles à l’exportation et de cesser de soutenir les groupes qu’Ankara considère comme terroristes.

Cependant, Erdogan a averti qu’il pourrait à nouveau bloquer le processus si les demandes d’Ankara ne sont pas satisfaites.