La famine frappe la région du Tigré en Éthiopie, selon le chef de l’aide humanitaire de l’ONU, avec 350 000 personnes en danger

« Il y a maintenant la famine au Tigré. » Le responsable a déclaré jeudi à des représentants d’organisations de l’ONU, de l’UE et des États-Unis, avertissant que la situation pourrait être la pire depuis la famine de 2011 en Somalie voisine, qui a tué environ 260 000 personnes.

Lowcock a dit que les choses sont « ça va empirer », mais a ajouté que « le pire peut encore être évité » si une aide immédiate est fournie pour le Tigré.

« Une rediffusion de 1984 aurait des ramifications étendues et durables. Mon message est n’y allez pas », a-t-il ajouté, faisant référence à la famine éthiopienne de 1983-1985, qui a fait 1 million de morts, selon les chiffres de l’ONU.

Jeudi, Reuters a rapporté avoir consulté un document présenté au Comité permanent interinstitutions de l’ONU, selon lequel 350 000 personnes au Tigré sont menacées de famine.

Des millions de personnes supplémentaires dans la région ont également besoin « soutien urgent à l’alimentation et à l’agriculture/aux moyens de subsistance pour éviter de nouvelles dérives vers la famine », le rapport dit apparemment.

Les nouveaux détails interviennent après que Lowcock a averti la semaine dernière des conditions de famine imminentes dans le Tigré, affirmant que les responsables de l’ONU sont « déjà entendu parler de décès liés à la famine. »

Cette semaine, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a également déclaré que plusieurs zones de la région sont « au bord de la famine ».

Le gouvernement éthiopien et l’ONU ont tous deux accusé le Front populaire de libération du Tigré (TPLF), un groupe politique armé de la région, d’entraver le travail des convois d’aide.

« Nous n’avons pas de pénurie alimentaire » Mituku Kassa, chef du Comité national éthiopien de prévention et de préparation aux catastrophes, a déclaré lors d’une conférence de presse jeudi, affirmant que le TPLF avait lancé des attaques contre des camions d’aide transportant de la nourriture.

Lowcock a également déclaré la semaine dernière que les travailleurs humanitaires avaient rencontré des difficultés sur le terrain « à cause de ce que font les hommes armés de fusils et de bombes et de ce que leurs maîtres politiques leur disent de faire ».

Le TPLF est engagé dans un conflit avec les troupes gouvernementales au Tigré depuis novembre dernier, après que le Premier ministre Abiy Ahmed a reporté les élections éthiopiennes en raison de Covid-19.

Le gouvernement a également refusé de reconnaître un vote régional apparemment remporté par le TPLF dans un éboulement.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments