La famille d’une fille de 11 ans qui est tombée enceinte après avoir été «violée par le père de son beau-père, 61 ans, décide de garder le bébé

LA famille d’une fillette de 11 ans qui est tombée enceinte après que son beau-père l’aurait violée a décidé qu’elle garderait le bébé.

La jeune fille, qui ne peut être nommée pour des raisons juridiques, aurait été agressée par la femme de 61 ans à son domicile dans la ville bolivienne de Yapacaní.

Flash info

Giovanni Cabello, l’avocat du mineur, a révélé la décision de la famille[/caption]

Flash info

La ville de Yapacani en Bolivie d’où est originaire la jeune fille[/caption]

Ana Paola García, PDG de Women’s House – une organisation caritative pour les femmes basée dans ce pays d’Amérique du Sud – a déclaré que la famille avait découvert que la fillette de 11 ans était enceinte après avoir dit à sa cousine qu’elle « ressentait des mouvements étranges dans son ventre ».

La cousine est allée prévenir sa mère, la tante de la fillette de 11 ans, qui a alors déposé une plainte auprès de la police.

Au début, la famille de la jeune fille avait accepté la décision de procéder à un avortement, mais au cours du week-end, elle avait changé d’avis.

Ils ont donné leur consentement écrit pour continuer la grossesse.

Giovanni Cabello, l’avocat de la famille, a révélé la décision de la famille aux médias locaux en disant : « C’était une décision [to continue the pregnancy] exprimé le matin et il est inséré dans l’histoire médicale afin que la maternité et toute son équipe procèdent selon la volonté exprimée par la famille.

Cela irait à l’encontre de la volonté des médecins de la jeune fille et des autorités judiciaires, qui avaient conseillé d’interrompre la grossesse en raison de son âge et du fait que la grossesse était le résultat d’un viol.


García a déclaré aux médias locaux que la fillette de 11 ans « ne veut pas être mère ».

« Ce qui est fait avec cette créature est un crime », a déclaré García.

Elle a poursuivi en disant que la fille avait reçu la première dose de médicament pour mettre fin à la grossesse.

« Il ne nous est pas possible de forcer une fillette de 11 ans à subir une gestation de neuf mois, c’est de la torture », a ajouté García.

Le suspect, selon le média local El Deber, est en garde à vue.

Le journal rapporte que la jeune fille de 11 ans et sa sœur anonyme de 15 ans vivaient sous la garde du suspect depuis février dernier, car leur mère et leur père travaillaient dans la capitale La Paz en tant que cuisinier et en tant que cuisinier. un maçon.

L’avortement est légal en Bolivie depuis 1970, mais uniquement en cas de viol ou d’inceste – sinon, il est illégal.

Eduardo del Castillo, un ministre bolivien, a déclaré que la jeune fille devrait être évaluée psychologiquement si elle voulait poursuivre sa grossesse.

« Imaginez une fille de 11 ans qui doit voir son fils ou sa fille à la suite d’un viol tous les jours », a-t-il déclaré.

« Nous ne pouvons pas tolérer ce type de comportement dans notre pays et nous ne pouvons pas détruire la vie d’une fille de 11 ans.

« Nous devons générer les conditions matérielles pour que cette grossesse soit interrompue si elle est définie comme telle. »

Selon l’avocat de la famille, la jeune fille est dans un « état convenable, elle est calme ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *