La famille de Malcolm X publie une nouvelle lettre affirmant que le FBI et la police ont conspiré dans son assassinat de 1965

Exactement 56 ans après l’assassinat de Malcolm X à New York, les avocats et les membres de la famille du défunt leader des droits civiques ont publié une lettre qui, selon eux, montre que le NYPD et le FBI ont conspiré dans son meurtre.

La note, qui serait une confession de lit de mort faite par Ray Wood, un ancien officier infiltré du NYPD, a été dévoilée samedi lors d’une conférence de presse par l’avocat des droits civiques Ben Crump.

Wood affirme dans sa lettre que le FBI et le NYPD ont conspiré pour tuer Malcolm X, qui a été abattu le 21 février 1965 à l’intérieur de la salle de bal Audubon de Harlem lors d’un rassemblement.

Il a affirmé avoir subi des pressions de la part de ses superviseurs du NYPD pour inciter deux membres du service de sécurité de Malcolm X à commettre des crimes qui ont abouti à leur arrestation quelques jours avant la fusillade.

Ces arrestations ont empêché les deux hommes de gérer la sécurité des portes de la salle de bal la nuit où Malcolm a été tué, selon la lettre.

« Mon travail consistait à infiltrer les organisations de défense des droits civiques dans toute la ville de New York, pour trouver des preuves d’activités criminelles, afin que le FBI puisse discréditer et arrêter ses dirigeants », a déclaré Wood dans la lettre.

«Sous la direction de mes gestionnaires, on m’a dit d’encourager les dirigeants et les membres des groupes de défense des droits civiques à commettre des actes criminels.

Exactement 56 ans après l'assassinat de Malcolm X à New York, les avocats et les membres de la famille du défunt leader des droits civiques ont publié une lettre qui, selon eux, montre que le NYPD et le FBI ont conspiré dans son meurtre.

Wood affirme dans sa lettre que le FBI et le NYPD ont conspiré pour assassiner Malcolm X, qui a été abattu le 21 février 1965 à l'intérieur de la salle de bal Audubon de Harlem lors d'un discours.

Exactement 56 ans après l’assassinat de Malcolm X (à droite) à New York, les avocats et les membres de la famille du défunt leader des droits civiques ont publié une lettre qui, selon eux, montre que le NYPD et le FBI ont conspiré dans son meurtre. (Sur la photo à gauche, Reggie Wood, le cousin de Ray Wood)

Lors de la conférence de samedi, le cousin de Wood, Reggie Wood, a déclaré qu'il avait avoué son implication en 2011, alors qu'il pensait qu'une aggravation du cancer lui coûterait la vie.  Il est finalement entré en rémission et a vécu jusqu'en novembre 2020

Lors de la conférence de samedi, le cousin de Wood, Reggie Wood, a déclaré qu’il avait avoué son implication en 2011 alors qu’il croyait qu’une aggravation du cancer lui coûterait la vie. Il est finalement entré en rémission et a vécu jusqu’en novembre 2020

Dans son dernier, daté du 25 janvier 2011, l’ancien policier a affirmé que ses actes avaient été commis sous la contrainte et la crainte de représailles.

«Après avoir été témoin de brutalités répétées de la part de mes collègues (policiers), j’ai tenté de démissionner. Au lieu de cela, j’ai été menacé d’arrestation en épinglant sur moi des accusations de trafic de marijuana et d’alcool si je ne donnais pas suite aux missions.

Le 16 février 1965, Wood prétend qu’il a contraint des membres du service de sécurité de Malcolm X à planifier un attentat à la bombe sur la Statue de la Liberté.

Le plan a ensuite été déjoué par la police et les deux hommes ont été «  arrêtés quelques jours à peine avant l’assassinat de Malcolm. À l’époque, je ne savais pas que Malcolm X était la cible », a écrit Wood.

Wood a signé la lettre et a demandé à son cousin de conserver l’information jusqu’à son décès.

« J’espère que cette information sera reçue avec la compréhension que j’ai porté ces secrets avec un cœur lourd et regrette avec remords ma participation à cette affaire. »

Lors de la conférence de samedi, le cousin de Wood, Reggie Wood, a déclaré qu’il avait avoué son implication en 2011 alors qu’il croyait qu’une aggravation du cancer lui coûterait la vie. Il est finalement entré en rémission et a vécu jusqu’en novembre 2020.

«Pendant 10 ans, j’ai porté cette confession secrètement par peur de ce qui pourrait arriver à ma famille et à moi-même si le gouvernement découvrait ce que je savais», a déclaré Reggie Wood.

Les trois filles de Malcolm X – Qubiliah, Ilyasah et Gamilah Shabazz – ont rejoint l’avocat des droits civils Ben Crump pour demander la réouverture de l’enquête sur le meurtre à la lumière des «  nouvelles preuves  » partagées samedi.

«Toute preuve permettant de mieux comprendre la vérité derrière cette terrible tragédie doit faire l’objet d’une enquête approfondie», a déclaré Ilyasah Shabazz.

Malcolm X a été abattu quelques secondes après être monté sur un pupitre pour parler à l'intérieur de la salle de bal Audubon le 21 février 1965.

Malcolm X a été abattu quelques secondes après être monté sur un pupitre pour parler à l’intérieur de la salle de bal Audubon le 21 février 1965.

Deux policiers portent une civière portant Malcom X après avoir été abattu par les balles d'un assassin lors d'un rassemblement

Deux policiers portent une civière portant Malcom X après avoir été abattu par les balles d’un assassin lors d’un rassemblement

Une autopsie a révélé plus tard qu'il avait subi un total de 21 blessures par balle à la poitrine, aux bras et aux jambes.

Une autopsie a révélé plus tard qu’il avait subi un total de 21 blessures par balle à la poitrine, aux bras et aux jambes.

Dans son dernier, daté du 25 janvier 2011, l'ancien officier a affirmé que ses actes avaient été commis sous la contrainte et la crainte de représailles.

Dans son dernier, daté du 25 janvier 2011, l’ancien officier a affirmé que ses actes avaient été commis sous la contrainte et la crainte de représailles.

L’avocat Ray Hamlin a ajouté: «  Donc, ce que nous essayons de faire, c’est de parler de justice réparatrice, c’est comme des avocats – essayer de rechercher une justice implacable.

«Au nom de l’héritage de Malcolm X, le Dr Betty Shabazz, au nom de sa famille sa lignée qui est ici.

Trois membres de Nation of Islam, Mujahid Abdul Halim (également connu sous le nom de Talmadge Hayer et Thomas Hagan), Muhammad Abdul Aziz (également connu sous le nom de Norman 3X Butler) et Khalil Islam (également connu sous le nom de Thomas 15X Johnson), ont été reconnus coupables du meurtre de Malcolm X 1966 et condamné à la prison à vie.

Alors que Halim a admis avoir participé à l’assassinat, il a insisté sur le fait qu’Aziz et l’Islam n’étaient pas impliqués. Et les deux ont maintenu leur innocence au fil des ans.

L’Islam est mort en 2009 et Halim et Aziz ont depuis été mis en liberté conditionnelle.

L’année dernière, le procureur de Manhattan a commencé un examen de leurs convictions sur l’islam et d’Aziz après avoir rencontré des représentants du projet Innocence.

Maintenant, avec les nouvelles preuves, le bureau du procureur déclare que «l’examen de cette affaire est actif et en cours».

Le NYPD a déclaré dans une déclaration distincte qu’il avait «  fourni tous les documents disponibles concernant cette affaire au procureur de district  » et «  restait déterminé à aider de quelque manière que ce soit à cet examen  ».

Le FBI a refusé de commenter la question.

`` Pendant 10 ans, j'ai porté cette confession secrètement par peur de ce qui pourrait arriver à ma famille et à moi-même si le gouvernement découvrait ce que je savais '', a déclaré Reggie Wood

«  Pendant 10 ans, j’ai porté cette confession secrètement par peur de ce qui pourrait arriver à ma famille et à moi-même si le gouvernement découvrait ce que je savais  », a déclaré Reggie Wood.

Malcolm X était un orateur puissant qui s’est fait connaître en tant que porte-parole national de la Nation of Islam, un groupe musulman afro-américain qui a épousé le séparatisme noir.

Il a passé plus d’une décennie avec le groupe avant de devenir désillusionné et de rompre publiquement avec lui en 1964. Il a modéré certaines de ses vues antérieures sur les avantages de la séparation raciale.

Malcolm X a été abattu quelques secondes après être monté sur un lutrin pour parler à l’intérieur de la salle de bal Audubon le 21 février 1965.

Quelques secondes auparavant, un homme s’était levé et avait crié: «N *****, sors ta main de ma poche!

Alors que Malcolm X et son entourage tentaient de calmer le trouble, un homme s’est précipité vers la scène et lui a tiré une fois dans la poitrine avec un fusil à canon tronqué, et deux autres hommes ont ensuite ouvert le feu avec des armes de poing semi-automatiques.

Le militant des droits civiques a été transporté d’urgence à Columbia Presbyterian où il a été déclaré mort peu de temps après son arrivée, à 15h30.

Une autopsie a révélé plus tard qu’il avait subi au total 21 blessures par balle à la poitrine, aux bras et aux jambes.

Thomas Hagan, 22 ans, se débat avec la police qui l'emmène de la scène à l'extérieur de la salle de bal où Malcolm X a été tué par balle

Thomas Hagan, 22 ans, se débat avec la police qui l’emmène de la scène à l’extérieur de la salle de bal où Malcolm X a été tué par balle

`` Toute preuve permettant de mieux comprendre la vérité derrière cette terrible tragédie doit faire l'objet d'une enquête approfondie '', a déclaré Ilyasah Shabazz

«  Toute preuve permettant de mieux comprendre la vérité derrière cette terrible tragédie doit faire l’objet d’une enquête approfondie  », a déclaré Ilyasah Shabazz

Quelques jours plus tôt, Malcolm X avait dit de façon inquiétante à un journaliste qu’il pensait que des membres de la Nation of Islam cherchaient à le tuer.

Il était surveillé par le FBI à l’époque. Sa maison dans le Queens a été incendiée la semaine précédant sa mort.

Presque immédiatement après sa mort, des complots d’implication de la police dans l’assassinat ont commencé à circuler.

Bon nombre des théories étaient centrées sur la facilité avec laquelle les assassins pouvaient entrer dans la salle de bal et l’incapacité perçue de la police à préserver la scène du crime.

L’un des officiers impliqués, Tony Bouza, écrira plus tard dans son livre de 2011 «Manny Marable’s Malcolm X» que «l’enquête a été bâclée».