La famille cherche des réponses à la mort d’un jeune Autochtone dans les cellules de la GRC de Williams Lake – Kelowna Capital News

La famille et les amis se sont réunis devant le détachement de la GRC de Williams Lake dimanche soir (2 octobre) alors qu’ils pleuraient la mort de Surrance Myers, 21 ans.

« C’est déchirant », a déclaré Rosalie Montgomery, conseillère de Yunesit’in, qui a dirigé une veillée aux chandelles devant le détachement dimanche soir.

Le père de Myers, Casey Myers, a déclaré à Black Press Media qu’il avait reçu un appel de la GRC samedi soir (1er octobre) l’informant que son fils était décédé dans des cellules de police à Williams Lake.

Lui et sa partenaire Sonya ont essuyé des larmes alors que plus de 100 personnes en deuil chantaient et tambourinaient pour la famille, qui comprenait également la mère de Surrance, ses frères et sœurs et bien d’autres.

Les dirigeants autochtones se sont adressés à la foule, notant qu’ils étaient là pour soutenir la famille mais qu’ils voulaient aussi des réponses. Ils ont souligné que le décès est survenu juste un jour après les cérémonies de la Journée nationale pour la vérité et la réconciliation.

Dimanche soir, Casey a déclaré qu’il ne savait pas pourquoi son fils était en détention avant sa mort ni ce qui lui était arrivé.

La GRC n’a pas immédiatement retourné les appels pour commentaires.

Casey a confirmé qu’on leur avait dit que l’officier des enquêtes indépendantes de la Colombie-Britannique enquêterait sur le décès.

Il a décrit son fils comme drôle, qui avait de l’ambition et économisait pour un nouveau camion.

Il a grandi à Yunesit’in et à Williams Lake, a joué au hockey quand il était plus jeune et a obtenu son diplôme d’études secondaires à Williams Lake il y a quelques années.

“C’est sûr qu’il me manque.”

Le chef de Yunesit’in, Lennon Solomon, a déclaré que la mort n’avait aucun sens.

« Il essayait vraiment de se faire une vie… il travaillait constamment », a déclaré Solomon. “Il était si fier de son travail.”


Avez-vous un commentaire sur cette histoire ? e-mail:
editor@wltribune.com
Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Lac Williams