Skip to content

Des personnes portant des masques protecteurs marchent dans la principale rue commerçante de Munich, en Allemagne, pendant la crise des coronavirus le 30 avril 2020.

Alexander Hassenstein / Getty Images

Les ventes au détail allemandes ont chuté de manière inattendue au cours du mois de juillet, ont montré des données mercredi, espérant que les dépenses des ménages dans la plus grande économie d’Europe seront suffisamment puissantes pour entraîner une forte reprise au troisième trimestre après le choc des coronavirus.

Les ventes au détail ont reculé de 0,9% sur le mois en termes réels après une baisse révisée de 1,9% en juin, selon les données corrigées du calendrier de l’Office fédéral des statistiques.

Cela a manqué une prévision de Reuters pour une augmentation de 0,5%, bien que les ventes au détail soient un indicateur volatil souvent sujet à révision.

L’image était un peu plus claire en regardant le développement au cours des 12 derniers mois.

Sur l’année, les ventes au détail ont augmenté de 4,2% en termes réels après une hausse révisée à la hausse de 6,7% le mois précédent, selon les données.

Par rapport à février, le mois précédant le déclenchement de la pandémie, les ventes au détail ont augmenté de 0,9% en termes réels en juillet, a indiqué le bureau, suggérant que ce secteur de l’économie a réussi à se redresser relativement rapidement dans un développement en forme de V.

Au cours des sept premiers mois de l’année, les détaillants ont augmenté leurs ventes de 2,6% en termes réels malgré la crise.

Les données ont révélé d’énormes lacunes au sein du secteur: les ventes dans les magasins vendant des textiles, des vêtements, des chaussures et de la maroquinerie se sont effondrées de plus d’un quart sur la période janvier-juillet tandis que les détaillants en ligne ont augmenté leurs ventes d’un cinquième.

L’économie allemande s’est contractée d’un record de 9,7% au deuxième trimestre alors que les dépenses des ménages, les investissements des entreprises et le commerce se sont tous effondrés au plus fort de la pandémie de Covid-19.

Depuis mars, le gouvernement a lancé une série de mesures de sauvetage et de relance sans précédent, financées par de nouveaux emprunts record de 217,8 milliards d’euros, pour aider les entreprises et les consommateurs à se remettre de la crise.

Le plan de relance comprend une réduction temporaire de la taxe sur la valeur ajoutée du 1er juillet au 31 décembre pour donner une impulsion supplémentaire à la demande intérieure au cours du second semestre.

Le gouvernement a révisé mardi à la hausse ses prévisions pour 2020 d’une économie de 5,8% cette année par rapport à une estimation précédente de -6,3%. Cela représenterait toujours la plus grande récession économique depuis la Seconde Guerre mondiale.