Longtemps marginalisés politiquement et ostracisés socialement, les partisans du nouveau Premier ministre sentent une chance de donner un coup final à la stigmatisation et à la honte de leur association avec le fascisme.