Skip to content

WASHINGTON (Reuters) – La Cour suprême des États-Unis a restreint mercredi le pouvoir des agences fédérales, abaissant ainsi la doctrine qui appelait les juges à faire preuve de retenue pour interpréter leurs propres règles, mais en refusant de les éliminer tous ensemble.

PHOTO DE DOSSIER: Le secrétaire américain aux Anciens Combattants, Robert Wilkie, prend la parole lors des cérémonies du Jour des anciens combattants au cimetière national d'Arlington à Arlington, Virginie, États-Unis, le 11 novembre 2018. REUTERS / Joshua Roberts / File Photo

La décision, qui intervient dans une affaire dans laquelle un ancien combattant de la guerre du Vietnam a poursuivi le Département américain des anciens combattants (VA) après s'être vu refuser des prestations d'invalidité rétroactives, pourrait nourrir des groupes d'entreprises et d'autres personnes désireuses de restreindre l'autorité réglementaire gouvernementale.

Les juges ont imposé de nouvelles limites à la doctrine juridique, appelée «déférence Auer», qui s’appuyait sur des précédents de la Cour suprême remontant à 1945. Cette décision pourrait contraindre les organismes administratifs à publier certaines politiques et règles informelles.

La Cour suprême a annulé une décision de la juridiction inférieure refusant aux Américains à la retraite Marine James Kisor, 75 ans, des prestations remontant à 1982 et découlant du trouble de stress post-traumatique lié au combat. Les juges ont renvoyé l’affaire devant la juridiction inférieure pour qu’elle réexamine l’affirmation de Kisor sur la signification d’un règlement qui, selon l’agence, était défavorable à Kisor.

Alors que les neuf juges étaient d’accord avec le résultat pour Kisor, la décision, rédigée par la juge libérale Elena Kagan, divisait les juges 5 à 4 sur la question de savoir s’ils devaient annuler ou non la déférence d’Auer.

Kagan, rejoint par les trois autres juges libéraux et le juge en chef conservateur John Roberts, a déclaré que la cour devrait maintenir la déférence d'Auer en raison de sa longue tradition d'adhésion aux décisions antérieures, un principe connu sous le nom de stare decisis.

Quatre des juges conservateurs de la cour – Neil Gorsuch, Clarence Thomas, Samuel Alito et Brett Kavanaugh – ont déclaré que la déférence d’Auer aurait dû être officiellement supprimée car elle est déjà en «période de repos». À son avis, Gorsuch a écrit: la doctrine est mutilée et affaiblie – en vérité, zombifiée. "

Au cours des dernières années, certains juges conservateurs de la cour avaient mis en doute la nécessité pour les juges de laisser aux agences le soin de dire le sens de la réglementation, annonçant la décision de mercredi.

La réduction de l'autorité des agences fédérales – qui peuvent contrôler la réglementation dans des domaines importants tels que l'énergie, les changements climatiques et le lieu de travail – a été un objectif clé de nombreux groupes d'entreprises et de conservateurs, qui se plaignent de ce qu'ils appellent «l'état administratif».

Ces critiques ont déclaré que la déférence judiciaire avait permis aux agences d’accumuler du pouvoir en leur permettant d’édicter des réglementations vagues ou lourdes, puis de les appliquer conformément aux préférences politiques d’administrateurs non élus.

Les partisans de la retenue judiciaire ont déclaré que les opinions des agences devraient recevoir davantage de poids, car elles possèdent souvent une expertise technique qui fait défaut aux juges. Certains libéraux considèrent l'attaque contre «l'État administratif» comme un effort des conservateurs pour empêcher le gouvernement de réglementer un large éventail d'entreprises.

Le nom de la doctrine découle d'un arrêt rendu en 1997 par la Cour suprême dans l'affaire Auer v. Robbins, qui prorogeait un précédent de 1945 dans l'affaire Bowles v. Seminole Rock & Sand Co qui avait accepté la prise d'une agence à moins que celle-ci ne soit manifestement erronée ou incompatible. la réglementation.

Kisor, qui a servi pendant l'installation de réseaux téléphoniques téléphoniques sur le terrain pendant la guerre du Vietnam, a pris part à une bataille en 1965 au cours de laquelle plusieurs de ses collègues ont été tués. La VA lui a accordé des prestations d’invalidité pour le SSPT en 2006, mais a refusé de payer rétroactivement à Kisor, qui remonte à 1982, date à laquelle il avait présenté sa demande de prestations. À ce moment-là, il n’avait pas été diagnostiqué d’ESPT.

L’affaire reposait sur l’interprétation par la VA d’une règle exigeant que les états de service militaire «pertinents» permettent de réexaminer une demande rejetée.

En 2017, la Cour d'appel américaine du circuit fédéral des États-Unis, basée à Washington, a appliqué la déférence de M. Auer à la VA sur Kisor.

PHOTO DE DOSSIER: Le secrétaire américain aux Anciens Combattants, Robert Wilkie, s'exprimant devant le président américain Donald Trump lors d'un événement organisé pour "soutenir les anciens combattants et les familles des militaires" à la Maison Blanche à Washington, le 15 novembre 2018. REUTERS / Leah Millis / File Photo

Le secrétaire actuel de la VA est Robert Wilkie.

La cour a également annoncé qu'elle rendrait ses décisions finales de son mandat actuel, qui a débuté jeudi en octobre. Parmi les affaires à trancher, citons les conflits étroitement surveillés sur la tentative de l’administration Trump d’ajouter une question de citoyenneté au recensement américain de 2020 et sur la question de savoir si le gerrymandering partisan peut être limité, pratique dans laquelle les législateurs de l’État manipulent les cartes électorales uniquement à des fins partisanes.

Pour un graphique de Reuters sur les principales affaires de la Cour suprême ayant lieu entre 2018 et 2019, cliquez sur: tmsnrt.rs/2V2T0Uf

Reportage par Andrew Chung; Édité par Will Dunham

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Shein Many GEO's Shein Many GEO's

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *