La Cour suprême entame un nouveau mandat avec les premiers arguments en personne depuis le début de la pandémie de Covid

Des piétons passent devant la Cour suprême des États-Unis à Washington, DC, États-Unis, le dimanche 20 juin 2021.

Stefani Reynolds | Bloomberg | Getty Images

La Cour suprême a repris lundi les plaidoiries en personne pour la première fois en 19 mois, lançant un nouveau mandat politiquement chargé qui devrait inclure des affaires sur l’avortement et les droits des armes à feu.

Les juges, de retour dans leur imposante salle d’audience de Washington après que la pandémie de coronavirus les a forcés à tenir des procédures par téléconférence, ont poussé les avocats à se disputer dans deux affaires – un différend sur la propriété des eaux souterraines qui traversent la frontière Mississippi-Tennessee et un cas de cambriolage criminel.

Huit des neuf juges siégeaient à la magistrature elle-même; seul le juge Brett Kavanaugh, qui a été testé positif au Covid jeudi, a participé à distance depuis son domicile.

La session de lundi a également marqué la première fois que la juge Amy Coney Barrett, le plus récent membre de la cour et la troisième personne nommée par l’ancien président Donald Trump, a entendu des arguments en personne.

Cependant, un certain nombre d’ajustements liés à la pandémie aux procédures du tribunal étaient toujours en vigueur.

CNBC Politique

En savoir plus sur la couverture politique de CNBC :

Le bâtiment est resté fermé au public, son statut depuis mars 2020. Seuls les juges, les avocats, le personnel essentiel et les journalistes ayant des titres de presse à temps plein ont été autorisés à siéger dans la salle d’audience.

L’audio des arguments était à nouveau diffusé en direct en ligne, un changement historique mis en œuvre pendant la pandémie. Précédemment, enregistrements audio n’est devenu accessible au public qu’à la fin de chaque semaine d’arguments.

L’approche du tribunal en matière de contre-interrogatoire ressemblait également plus au format pré-pandémique, dans lequel tout juge pouvait intervenir à tout moment pour interroger les avocats qui avaient souvent du mal à défendre leur cause au milieu d’un barrage d’interruptions.

Lorsque les affaires étaient entendues par téléphone, les juges ont adopté un système au tour par tour. Le juge Clarence Thomas, qui était resté silencieux pendant des années lors des plaidoiries en personne, a commencé à poser régulièrement des questions lors des plaidoiries par téléconférence.

Pour le nouveau mandat, les juges utilisent un format hybride qui permet à chacun de poser à tour de rôle les questions restantes à la fin des 30 minutes d’argumentation de chaque côté.

Thomas a été lundi le premier juge à poser des questions dans les deux cas.

Plusieurs juges ont semblé profondément sceptiques quant à la revendication du Mississippi sur les eaux souterraines d’un aquifère contesté, qui, selon l’État, est pompé dans le Tennessee par la division Memphis Light, Gas & Water.

« Vous plaidez cette affaire depuis plus de 16 ans », a déclaré la juge Sonia Sotomayor à John Coghlan, un avocat du Mississippi. « Quand est-ce que c’est assez ? »

« Vous avez malheureusement beaucoup de choses à m’expliquer et je vous pardonnerai si vous ne le faites pas », a déclaré le juge Stephen Breyer à Coghlan plus tard dans les arguments.

Alors que les procédures à l’intérieur du tribunal étaient revenues à un format relativement normal, la toile de fond était tout sauf typique.

Le nouveau mandat a commencé sous un nuage de critiques pour le tribunal, qui a alimenté la controverse le mois dernier après avoir refusé de justesse de bloquer une loi du Texas qui interdit la plupart des avortements dès six semaines de grossesse.

Cette décision a été suivie d’un nouveau sondage d’opinion montrant la Cour suprême à son taux d’approbation le plus bas jamais enregistré.

C’est le cadre alors que le tribunal, empilé 6-3 avec des conservateurs, se prépare à examiner de nombreux cas d’une importance majeure, dont un qui pourrait renverser la décision historique Roe v. Wade de 1973 qui légalisait et protégeait les droits à l’avortement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *